Diamniadio, 14 juin (APS) – Le directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire, Moussa Sow, a officiellement lancé, mercredi, à Diamniadio, la phase 2 du projet de renforcement des capacités des petits exploitants, dénommée ‘’Projet Shep’’, a constaté l’APS.

‘’Le Shep 2 intervient dans un contexte de mise en œuvre de la stratégie nationale de souveraineté alimentaire. Nous sommes persuadés que la phase 2 de l’approche Shep va contribuer à atteindre les objectifs de la stratégie nationale de la souveraineté alimentaire’’, a déclaré M. Sow à la cérémonie de lancement officiel.

Il a rappelé que le gouvernement attend du Shep2, ‘’une consolidation des acquis et une mise à l’échelle au niveau national pour mieux impacter sur les conditions de vie des petits exploitants, contribuant ainsi à l’atteinte des objectifs de la stratégie nationale de la Souveraineté alimentaire’’.

La directrice générale de l’Agence nationale de conseil agricole et rural (ANCAR), Mariame Dramé, a loué les résultats de la première phase de ce projet qui, selon elle, a contribué à ‘’l’amélioration significative de la production horticole’’ du Sénégal.

Elle a affirmé que ce projet est en phase avec les orientations de l’ANCAR, qui a décidé d’engager ses agents afin d’accompagner le Shep2.

‘’Ce projet encourage et promeut chez les producteurs, la maîtrise du marché avant même de produire’’, a expliqué Macoumba Diouf, le directeur l’horticulture.

Il s’est félicité de la collaboration entre ses services et l’ANCAR dans la mise en œuvre de ce projet de renforcement des capacités des petits exploitants.

La première phase du Shep s’est déroulée sur la période 2017-2022, indique un document. Il rappelle que l’approche Shep (Smallholder Horticulture Empowerment and Promotion) est un outil de la coopération technique japonaise expérimenté au Kenya, de novembre 2006 à novembre 2009.

Le projet Shep cherche à réduire le gap d’information entre les producteurs et les autres acteurs de la filière, à améliorer leurs revenus et à les rendre autonomes.

Le projet se fonde sur deux grandes théories : l’asymétrie d’information et l’autodétermination. L’approche est mise en œuvre à travers quatre étapes et diverses activités (partage de la vision, prise de conscience, prise de décision et offre de de solution).

La mise en œuvre de la première phase du Shep a contribué aux résultats ‘’satisfaisants du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS).

Le Shep 1 a atteint 76 groupements sur un objectif de 63, soit un taux de réalisation de 120, 63 %. Il a impacté directement 2594 producteurs (1466 hommes et 1128 femmes) pour un objectif initial de 2185, soit un taux de réalisation de 118,71%.

SG/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-FOOTBALL / Equipes nationales :  l’osmose entre les staffs en ligne de mire pour continuer à gagner

  Dakar, 15 avr (APS) – La Direction technique nationale (DTN) a réuni ce lundi…