Dakar, 4 mars (APS) – L’Agence nationale de l’aviation civile et de la métrologie (ANACIM), en partenariat avec l’Agence des Etats-Unis pour le développement ( USAID) a procédé, lundi, à Dakar, au lancement d’un processus d’élaboration d’un plan de développement de la météorologie dont l’objectif est d’accompagner les acteurs publics et privés face aux effets néfastes des changements climatiques.

“Il est apparu nécessaire d’élaborer ce plan de métrologie pour aboutir à un meilleur accompagnement des acteurs publics et privés dans la mise en œuvre des politiques publiques et des projets de développement concourant à la résilience des communautés face aux effets néfastes des changements climatiques”, a déclaré Sidy Guèye, directeur général de l’ANACIM.

Sidy Gueye, directeur général de l'Anacim

M. Guèye intervenait lors d’un atelier de lancement du processus d’élaboration d’un plan de développement de la météorologie auquel ont pris part des partenaires techniques et financiers de l’Anacim, entre autres.

Soulignant que l’information climatique est un enjeu majeur pour prévenir les phénomènes climatiques et leurs manifestations, le DG de l’agence a estimé qu’il ”devient stratégique de réfléchir et à mettre en place un plan pour le développement de la météorologie dans toutes  ses composantes”.

Selon lui, “le nouveau plan couvrant la période 2024-2026 prévoit un renforcement des systèmes de collecte de donnés”. Le plan propose des produits plus adaptés aux usagers à travers notamment  le renfoncement de la formation des agents de l’ANACIM.

Sidy Guèye a expliqué que le plan  de développement de la météorologie est une déclinaison et une mise à jour  du plan stratégique de développement de l’Anacim dans ses  composantes météo et aviation.

En effet depuis 2021, l’Agence, prenant en compte ses deux mamelles que sont l’aviation civile et la météo, avait acté un plan stratégique s’adossant au Plan Sénégal émergent et à la stratégie de hub aérien pour la réalisation efficace de ses missions, a-t-il-poursuivi.

Ousmane Ndiaye, directeur de l’exploitation de la météorologie à l’Agence nationale de l’aviation civile et de la métrologie a magnifié cette nouvelle vision qui permettra d’identifier les outils nécessaires pour le développement de la météorologie sénégalaise et d’éviter les pertes  en vie humaines des pêcheurs constatées parfois en mer.

“A travers ce plan, il s’agit de décliner les enjeux, la demande et les outils nécessaires pour le développement de la météo. On va discuter de tous les problèmes, des facteurs externes et internes et revenir avec un plan clair qu’on peut proposer aux bailleurs et à l’Etat du Sénégal”, a-t-il-expliqué.

Elaboration d’un code de la météo

“Nous vivons pleinement le phénomène des changements climatiques qui impactent  tous les secteurs comme l’agriculture et l’élevage. Donc, c’est tout à fait normal que la météorologie puisse réfléchir pour voir comment apporter son assistance dans la planification pour éviter les pertes en vie humaines qu’on constate par exemple en mer du côté des pêcheurs”, a-t-il-soutenu.

Ibrahima Hathie,  directeur adjoint du Policy Systèmes Services de l’USAID, s’est réjoui du partenariat avec l’Anacim à travers le lancement du plan stratégique et l’élaboration d’un code de la météo.

Il a indiqué que cet engagement du Policy Systèmes Services s’inscrit dans un cadre global de l’appui de l’USAID, précisant qu’il s’agit d’un appui multiformes depuis plusieurs années autour de l’information climatique.

“L’information climatique est d’une importance capitale. Cette année, les Nations-Unies ont décidé  de se réunir pour le forum de haut niveau qui est organisé chaque année autour  de certains objectifs de développement durable (ODD)”, a-t-il fait savoir .

En marge de cette rencontre, ”le focus sera fait sur l’ODD-1 qui concerne la pauvreté, sur l’ODD-2 concernant le slogan zéro faim et l’ODD-13 portant sur les changements climatiques etc”, a-t-il-ajouté.

Pour Ibrahima Hathie, ce plan élaboré par l’Anacim “peut contribuer à prendre en charge les nombreuses incertitudes qui existent autour du climat et aider le Sénégal à rendre son agriculture beaucoup plus résiliente”.

“Les ODD 1, 2 et 13 sont au cœur de ce que fait l’Anacim avec les questions de changement climatique qui ont des impacts directs sur l’agriculture au sens large, l’élevage et la pêche. A regard des incertitudes que nous sommes en train de vivre, nous avons besoin d’une bonne prise en charge de la question de l’information climatique”, a-t-il-estimé.

ABD/OID/AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-PRESSE-REVUE / Les quotidiens suivent de près l’entrée en action du nouveau pouvoir

Dakar, 17 avr (APS) – Les quotidiens ne manquent rien des premiers pas du nouveau po…