Dakar, 18 fév (APS) – La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) a appelé dimanche à la poursuite des libérations de détenus arrêtés lors d’évènements politiques ayant secoué le pays ces deux dernières années.

‘’La Raddho invite l’Etat à Poursuivre la libération de tous les détenus politiques en vue de consolider la paix sociale et politique’’, indique l’organisation dans un communiqué parvenu à l’Agence de presse sénégalaise.

Elle se félicite notamment se félicite de la libération de concitoyens arrêtés lors des évènements politiques que le pays connus depuis plus de deux ans et qui, depuis ‘’avaient injustement été maintenus’’ dans les liens de prévention.

La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme avance ainsi qu’un total 664 personnes auraient recouvré la liberté depuis le jeudi 15 février.

Ils ont été remis en liberté sur initiative du procureur qui avait requis leur placement sous mandat de dépôt, a expliqué l’avocat de 25 d’entre eux, Me Moussa Sarr lors d’un entretien téléphonique avec l’APS.

Cette vague de libérations est survenus après que le chef de l’Etat a fait part lors du Conseil des ministres du 8 février de sa décision d’engager les voies et moyens de mettre en œuvre un processus pragmatique d’apaisement et de réconciliation dans le but de préserver et consolider la stabilité du pays.

Macky Sall avait alors demandé à la Garde des Sceaux, ministre de la Justice de prendre les dispositions nécessaires pour matérialiser sa volonté de pacifier l’espace public dans la perspective du dialogue national et de l’organisation de la prochaine élection présidentielle, selon le communiqué de ce Conseil des ministres.

Dans son communiqué, la Raddho souligne l’importance de prêter une attention particulière à la situation des élèves et étudiants libérés, lesquels ayant notamment besoin d’un soutien psychologique et pédagogique pour reprendre rapidement leurs études.

‘’Dans un contexte pré-électoral aussi complexe, de tels élargissements vont certainement contribuer à décrisper l’atmosphère politico-sociale et créer les conditions d’une campagne électorale plus ouverte pouvant permettre aux millions de sénégalais de se faire une meilleure idée des offres politiques des candidats à l’élection présidentielle’’, estime l’organisation de défense des droits de l’homme.

 

AKS

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-PRESSE-REVUE / Les quotidiens suivent de près l’entrée en action du nouveau pouvoir

Dakar, 17 avr (APS) – Les quotidiens ne manquent rien des premiers pas du nouveau po…