Dakar, 15 (mars) – La plateforme de veille des femmes pour la paix et la sécurité, “Ettu Jamm” (Espace de paix), a annoncé, vendredi, à Dakar, avoir décidé de recourir au digital dans le travail de ses membres chargés d’observer le processus électoral devant conduire au scrutin présidentiel du 24 mars prochain.

“Nous voulons que les observatrices soient bien formées et en mesure de mener une bonne observation électorale à travers notamment l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC). C’est pour cela que cette année nous avons introduit la digitalisation dans notre processus d’observation”, a déclaré Penda Seck Diouf, présidente de ladite plateforme.

Elle intervenait à l’ouverture d’une session de renforcement de capacités des observatrices et opératrices sur les techniques d’observation, le monitoring, les droits humains et sur les violences basées sur le genre en période électorale.

La plateforme de veille des femmes pour la paix et la sécurité participe régulièrement à l’observation des différents scrutins – présidentiel, législatif ou local -, a rappelé sa présidente.

“A chaque fois, nous formons des observatrices qui seront déployées sur le terrain le jour du scrutin pour intervenir sur une stratégie qui est l’observation électorale”, a expliqué Penda Seck Diouf.

“Ettu Jamm” est une plateforme regroupant “une soixantaine d’organisations de la société civile sénégalaise et panafricaine et plus de 500 mille membres dans tout le Sénégal”, a-t-elle dit, avant d’assurer : “Nous avons des observatrices dans toutes les régions qui seront sur le terrain lors de l’élection présidentielle”.

Cette session de renforcement de capacités dans l’observation des élections est organisée par “Ettu Jamm” en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’ambassade du Canada et le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

Des représentants des organisations membres de la société civile ont également participé à l’organisation de cette session de formation, selon un communiqué transmis à l’APS.

Les observatrices de la plateforme “Ettu Jamm”, mobilisées depuis 2012, à Dakar et dans les autres régions du Sénégal, prennent part à cette formation.

Elles seront “outillées, équipées et déployées au niveau national le jour du scrutin pour un monitoring du processus électoral sensible au genre et aux droits humains, en vue de la collecte des données via l’utilisation des TIC, relayées à la salle de veille de Ettu Jamm qui en assurera l’alerte précoce auprès des autorités administratives”.

Les responsables de cette plateforme expliquent que cette activité “correspond à la stratégie des 3M (médiation préventive, mobilisation et monitoring).

Selon ses responsables, la plateforme “Ettu Jamm” est décidée à “renforcer ses actions pour l’apaisement du climat politique au Sénégal, en favorisant la pleine participation des femmes et des jeunes dans la gouvernance démocratique”.

ABD/SKS/MTN/BK

 

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-UNIVERSITES / Bourses d’études : des réponses seront trouvées bientôt, promet Abdourahmane Diouf

Dakar, 16 avr (APS)  – Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et …