Dakar, 13 mai (APS) – Des organisations syndicales du secteur des transports et autres parties prenantes ont démarré, lundi, un atelier de formation sur la gestion du climat social dans une perspective du progrès socio-économique.

Durant deux jours, les participants vont revisiter les droits fondamentaux au travail, les mécanismes internes de gestion des différends, la promotion de l’égalité et l’équité de genre, etc.

“Il est important que toutes les thématiques durant ces deux jours, permettent aux acteurs des marchés du travail de s’armer pour se fixer des idées, clarifier certaines incompréhensions, mais dans le souci du progrès socio-économique”, a indiqué le coordonnateur du projet Ensemble vers la réforme du travail à l’agence de coopération allemande au Sénégal (GIZ), Demba Diop.

Il a souligné que les conflits en milieu du travail ne devraient pas être des facteurs destructeurs du système, mais plutôt un moyen d’ouvrir des perspectives en matière de progression des droits sociaux ou économiques des travailleurs.

“Aujourd’hui, nous avons des conflits qui naissent à cause de l’incompréhension, ceux nés de la rupture du dialogue social, de la qualité de vie au travail, etc.”, a-t-il énuméré, précisant que ces derniers sont d’une certaine manière une forme d’antagonisme d’intérêt.

Pour sa part, le secrétaire général du syndicat national des auxiliaires de transport du Sénégal (SNATS), Mor Diop a soutenu que cette formation permet d’analyser les causes profondes des conflits au travail, pour formuler des perspectives et recommandations en matière de prévention et de règlement des différends.

A l’en croire, c’est également une occasion pour les parties prenantes, de trouver des solutions permettant de lutter contre la violence et le harcèlement en milieu de travail.

“La gestion du climat social en milieu de travail joue un rôle essentiel dans l’engagement des salariés. En effet, en étant dans les meilleures dispositions, ils auront plus de motivation pour accomplir leurs tâches et donc donner les meilleurs d’eux-mêmes”, a fait valoir M. Diop.

Pour le secrétaire général de la Confédération du syndicat autonome du Sénégal (CSA), Elimine Diouf, les travailleurs ont besoin de renforcer leurs capacités.

AMN/OID/ASB

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-JUSTICE / Les actions de la CPI ne visent pas que les Etats vulnérables (Procureur adjoint)

Diamniadio, 28 mai (APS) – Les mandats d’arrêts internationaux émis par la Cour péna…