Dakar, 7 sept (APS) – La croissance du PIB réel devrait atteindre 8,8 % en 2024 en dépit du retard noté dans le démarrage de la production d’hydrocarbures, a indiqué un responsable du FMI.

‘’Malgré le retard dans le démarrage de la production d’hydrocarbures, les perspectives macroéconomiques restent favorables. En 2024, la croissance du PIB réel devrait atteindre 8,8 %, stimulée par le démarrage de la production de pétrole et de gaz’’, a déclaré Edward Gemayel.

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Gemayel, a effectué une mission au Sénégal du 31 août au 7 septembre 2023, pour ‘’faire le point sur les récents développements économiques, mettre à jour les prévisions de croissance et de budget, et discuter du projet de budget 2024’’.

A Dakar, l’équipe été reçue en audience par le Premier ministre, Amadou Ba. Elle a également rencontré le Ministre des Finances et du Budget, Mamadou Moustapha Ba ; le Directeur National de la BCEAO, Ahmadou Al Aminou Lo ; des hauts fonctionnaires ; des partenaires au développement,  ainsi que des représentants des milieux d’affaires et de la société civile.

Dans sa déclaration rendue publique, jeudi, elle soutient que ‘’la croissance hors hydrocarbures devrait remonter à 6 %’’.

M. Gemayel a souligné que ‘’les autorités sont déterminées à poursuivre les efforts d’assainissement budgétaire afin de reconstituer des réserves budgétaires et réduire les vulnérabilités croissantes de la dette publique’’.

Il a relevé qu’à cette fin, ‘’le projet de budget 2024 table sur un déficit budgétaire de 3,9 % du PIB’’.

Le FMI encourage les autorités sénégalaises à ‘’rationaliser les exonérations fiscales et à accélérer la mise en œuvre de la stratégie des recettes à moyen terme (SRMT)’’.

Il invite les pouvoirs publics à ‘’également prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer l’élimination progressive des subventions à l’énergie (1 % du PIB en 2024), comme le prévoit la feuille de route adoptée en janvier dernier’’.

La mission conduite par M. Gemayel a salué ‘’les progrès réalisés dans la mise en œuvre des mesures de réforme convenues dans le cadre du programme soutenu par la Facilité pour la Résilience et la Durabilité (FRD)’’.

Elle rappelle que les réformes à court terme comprenaient ‘’l’adoption d’un décret qui aidera à intégrer les considérations climatiques à toutes les étapes de la gestion des investissements publics et la définition de priorités stratégiques pour aller vers des transports publics plus écologiques’’.

La mission se dit également ‘’encouragée par l’engagement des autorités à faire du renforcement de la résilience au changement climatique un pilier central de la stratégie nationale de développement actualisée (PAP3), qui devrait être finalisée d’ici la fin de l’année’’.

AMN/OID/AKS

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-EDUCATION-SOCIETE / L’IFAN présente trois travaux de recherche pour aider à mieux comprendre les inégalités de genre

Dakar, 28 mai (APS) – L’Institut fondamental d’Afrique noire de l’Université Cheikh Anta D…