Dakar, 15 juin (APS) – Le ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, a réfuté ‘’toute précipitation’’ dans le traitement des affaires judiciaires concernant les opposants, lors d’une conférence de presse, jeudi, à Dakar.

‘’Il n’y a aucune précipitation dans le traitement des affaires judiciaires concernant les opposants. L’affaire opposant le sieur Ousmane Sonko à la demoiselle Adji Sarr a débuté en février 2021 pour être jugée en mai 2023’’, a-t-il fait valoir.

‘’Naturellement, à chaque fois qu’un acteur politique est concerné par une affaire pendante devant la justice, l’on a tendance à dire qu’il y a une certaine volonté d’écarter un opposant, surtout quand arrive une élection présidentielle’’, a dit Ismaïla Madior Fall.

Dans l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr, ‘’la justice a été dite, malgré les intimidations faites aux juges courageux, qui ont dit ce qu’ils pensent être le droit’’, a-t-il affirmé.

Interrogé sur l’éventualité d’une arrestation d’Ousmane Sonko à la suite de sa condamnation à deux ans de prison ferme pour ‘’corruption de la jeunesse’’, le garde des Sceaux a dit que ‘’la décision du juge n’est pas encore disponible’’.

‘’C’est une pratique régulière pour se donner le temps de rédiger l’intégralité de la décision’’, a ajouté M. Fall.

Il y a eu une ‘’disqualification des faits de viol en corruption de la jeunesse, qui est bien prévue par le Code pénal’’, a souligné le ministre de la Justice.

‘’Ce chef d’accusation était bien saisi dans l’ordonnance du juge d’instruction, dans son renvoi devant la chambre criminelle’’, a-t-il martelé.

SMD/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-EDUCATION-SOCIETE / L’IFAN présente trois travaux de recherche pour aider à mieux comprendre les inégalités de genre

Dakar, 28 mai (APS) – L’Institut fondamental d’Afrique noire de l’Université Cheikh Anta D…