Thiès, 24 août (APS) – Les travaux de réalisation d’infrastructures de traitement des déchets prévues dans la région de Thiès par le Projet de promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides au Sénégal (PROMOGED) sont exécutés à 50%, a dit son directeur Ibrahima Diagne.

”Aujourd’hui, les travaux sont exécutés à plus de 50%”, a dit le directeur du PROMOGED lors d’une tournée dans la région, visant à vérifier aussi bien le niveau de réalisation que la qualité des infrastructures de traitement d’ordures.

Le président de la République avait engagé le gouvernement à diligenter les infrastructures de traitement de déchets, à travers la mise en place urgente du PROMOGED, lors du Conseil des ministres délocalisé de février dernier à Thiès, a rappelé M. Diagne.

Cinq mois après, le directeur du PROMOGED est venu apprécier le niveau de mise en œuvre de ces instructions. Le projet envisage de créer des infrastructures structurantes dans la région de Thiès, en particulier un centre intégré de valorisation des déchets (CIVD) à Notto Diobass, un autre à Sandiara, ainsi qu’un centre de tri à Malicounda, a dit Diagne. Selon lui, tous les sites devant les accueillir, sont déjà identifiés et disponibles.

En attendant la mise à disposition de ces infrastructures, il a été envisagé de mettre sur pied de 63 points de regroupement normalisés (PRN), afin de faciliter la pré-collecte et l’apport volontaire.  Vingt-cinq d’entre eux seront aménagés à Mbour, 20 dans le département de Thiès.

Il a évoqué l’ancrage communautaires de ces PRN, qui ont fait l’objet de forums communautaires organisés par les communes, avec la participation des identités remarquables des quartiers. L’étape prochaine consistera, a-t-il expliqué, à accompagner montrer l’usage de ces points de dépôt d’ordures, dont chacun ”pourra faire travailler jusqu’à trois personnes”.

Des instructions ont été données pour corriger les imperfections et diligenter la livraison de ces points, a dit Ibrahima Diagne. Le PROMOGED continuera la sensibilisation pour faciliter l’usage de poubelles réglementaires, pour que le tri et le conditionnement se fassent en amont,  et qu’en aval, on obtienne des déchets déjà triés et séparés, avec des bacs différenciés au niveau des PRN, pour le plastique, pour le fer et les matières humides.

”Ce tri des déchets va booster l’économie des déchets à travers leur recyclage qui va créer de la richesse et de l’emploi”, annonce-t-il, espérant que toute la chaîne de recyclage va générer d’autres emplois.

Accompagné par la Banque mondiale, l’Agence française de développement (AFD), la coopération espagnole et la Banque européenne d’investissement (BEI), le PROMOGED est le ”levier stratégique et programmatique” de la vision présidentielle ”Sénégal zéro déchet”, a indiqué Ibrahima Diagne.

Des réformes sont en cours et bientôt le projet de loi d’orientation qui va encadrer le secteur sera partagé. Il devra aider à ”booster le financement du secteur”, à renforcer le dispositif réglementaire et la capacitation des acteurs.

Dix-huit CIVD seront installés dans les sept régions d’intervention du PROMOGED et la réhabilitation de décharges sauvages comme celle de Mbeubeuss, sera engagée, selon Diagne, convaincu que ”d’ici cinq ans, le changement attendu sera visible”.

ADI/ADC

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE / Élevage : le chef de l’État fait plusieurs recommandations au gouvernement

Dakar, 22 mai (APS) – Le président de la République a fait une série de recommandations au…