Matam, 1er mai (APS) – Des travailleurs affiliés à la Coalition des centrales syndicales du Sénégal ont remis, mercredi, leur cahier de doléances au préfet de Matam à l’occasion de la journée internationale du Travail, faisant observer que leurs préoccupations tournent essentiellement autour des questions minières et foncières, de l’éducation, la santé et les collectivités territoriales.

Le cahier de doléances a été remis au chef de l’exécutif départemental, Souleymane Ndiaye, au terme d’une procession qui a pris départ au CDEPS de Matam pour se terminer devant la préfecture.

Les marcheurs sont composés notamment de travailleurs dont les syndicats sont affiliés à la Coalition des centrales syndicales du Sénégal, regroupant la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS), de l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (UNSAS) de la Confédération des syndicats autonomes (CSA).

Des travailleurs affiliés à l’Union démocratique des travailleurs du Sénégal (UDTS) et de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Force du Changement (CNTS/FC) ont aussi pris part à la rencontre.

“Concernant la santé, nous avons constaté que l’Hôpital régional de Matam, le Centre hospitalier régional de Ourossogui, l’Hôpital des Agnam et le District de Matam sont confrontés à d’énormes difficultés. Nous voulons qu’elles soient bien traitées, à travers des assises régionales”, a dit le Secrétaire général de l’Union régionale de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS), Mamadou Demba Sy.

Evoquant la question des travailleurs des collectivités territoriales, le syndicaliste a dénoncé ce qu’il a appelé une “surexploitation d’agents”, déplorant par la même occasion le refus des maires d’augmenter les salaires, conformément à une loi votée au Sénégal depuis 2022.

Evoquant la situation des impactés de l’exploitation du phosphate dans le département de Kanel, le secrétaire général du CNTS informe que “les populations de Ndendory, de Hounaré et de Orkadiéré vivent un calvaire énorme (…) avec une escroquerie qui ne dit pas son nom, notamment sur le montant des indemnisations arrêté 90.000 francs CFA par propriétaire de champ”

Devant l’autorité administrative, Mamadou Demba Sy s’est aussi attardé sur la situation d’enseignants récemment partis à la retraite, parmi lesquels “des décisionnaires qui ont perçu des sommes dérisoires pour leur pension”.

“Nous demandons à ce que l’Etat puisse rétablir cette disparité avec une harmonisation définitive du traitement salarial, gage d’une stabilité sociale dans le pays”, a-t-il martelé.

AT/SMD

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-PRESSE-REVUE / Les quotidiens absorbés par la première journée des assises de la justice

Dakar, 29 mai (APS) – Les quotidiens reviennent largement mercredi sur la première j…