Loul Ndiodione (Fatick), 25 jan (APS) – Un groupement de femmes de Loul Ndiodione, une localité de l’arrondissement de Fimela, a financé plusieurs secteurs d’activités pour renforcer la sécurité alimentaire dans un contexte de changement climatique avec l’appui du projet Initiative 4R mis en place par le Programme alimentaire mondial (PAM).

L’Initiative 4R est fondée sur un “modèle innovant” qui combine quatre stratégies de gestion des risques. Il s’agit de la réduction des risques de catastrophes naturelles grâce à une gestion améliorée des ressources naturelles, le transfert des risques grâce à l’assurance agricole, la réserve contre les risques grâce à l’épargne et enfin la prise de risque calculée grâce au crédit.  

Dans le village de Loul Ndiodione, Marthe Yandé Séne a investi dans l’aviculture avec l’épargne – crédit de l’initiative 4R, piloté dans la zone par Cartitas Kaolack.

“Nous avons commencé l’épargne en octobre 2022 et au bout de cinq mois, j’ai fait un emprunt dans le groupement pour acheter la volaille”, a expliqué Mme Séne.

Depuis, elle s’active dans l’aviculture tout en continuant à participer à l’épargne – crédit. ” Tous les 45 jours parfois plus, je procède à l’abattage des poulets de 2kg pour les vendre dans le marché au coût de 3.000 à 3.500 Fcfa. Au bout de 15 jours, je renouvelle le processus”, a confié Marthe Yandé Séne.

Auparavant, cette jeune mère de famille tirait ses revenus des travaux champêtres.

Loul Ndiodione, elles sont nombreuses à créer une activité florissante avec l’épargne fixée à partir de 1.000 francs par semaine. Le groupement féminin se réunit tous les samedis pour cotiser, faire le décompte et octroyer des crédits à ses membres qui le désirent.

Selon Rosalie Ndour, il est nécessaire de renforcer la sécurité alimentaire et la résilience des communautés rurales les plus vulnérables face aux chocs climatiques.

“Une fois les récoltes issues de l’hivernage épuisées, il est parfois difficile pour nous d’assurer la dépense quotidienne et subvenir aux besoins de la famille”, a-t-elle fait savoir.

La chargée du projet PAM à Caritas Kaolack, Dieynaba Ba Ndiaye, a souligné que l’épargne – crédit de l’initiative 4R invite les populations à porter leur autonomisation en finançant leur propre commerce.

“Nous visons l’autonomisation des femmes. Et on s’organise pour qu’elles épargnent sur un cycle d’un an pour développer des activités porteuses de changement. Cela peut être le petit commerce, l’agriculture, l’élevage, l’aviculture, entre autres”, a-t-elle expliqué.

Mme Ndiaye a indiqué que Caritas accompagne 37 groupes associatifs dans la commune de Loul Sesséne. “Au niveau de chaque groupement, nous avons un animateur qui suit le processus d’épargne et d’utilisation”, a-t-elle expliqué.

“Les femmes ont l’habitude d’épargner mais c’est l’utilisation de ces ressources qui posent problème. Donc, notre rôle est de les encadrer afin qu’elles réussissent à assurer la sécurité alimentaire et la résilience”, a t-elle dit.

SDI/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-UNIVERSITE-HUMEUR / Université de Bambey : les enseignants vacataires décrètent trois jours de grève

Bambey, 4 mars (APS) – Le Collectif des enseignants vacataires de l’université…