Dakar, 31 mai (APS) – Le dialogue national ouvert cet après-midi offre l’occasion de discuter des ‘’véritables raisons’’ de l’absence à cette concertation de la ‘’frange radicale’’ de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW), a déclaré le leader de Taxawu Senegaal (opposition), Khalifa Sall.

‘’Le dialogue national doit servir de cadre de discussion et de réflexion sur les véritables raisons qui ont poussé la frange radicale de YAW à boycotter cette rencontre’’, a-t-il dit à l’ouverture officielle de ces pourparlers, au palais de la République.

‘’L’une des raisons avancées pour certains est qu’il n’a y rien de nouveau pour la tenue d’un nouveau dialogue national. La question du troisième mandat et la participation de tous les candidats à la prochaine élection présidentielle doivent être au menu de cette rencontre, de même que les [difficultés liées au] parrainage des candidats à la dernière élection présidentielle’’, a souligné M. Sall.

Il considère également que le Code électoral doit faire l’objet d’une discussion lors du dialogue national.

En outre, la libération des manifestants emprisonnés, parmi lesquels des hommes politiques et des journalistes, doit être au cœur des discussions, a recommandé Khalifa Sall.

Il estime que les participants à ce dialogue ‘’doivent accepter de se dire des vérités pour la bonne marche du pays vers la paix et le développement’’.

L’ancien maire de Dakar a réaffirmé son appartenance à Yewwi Askan Wi, la coalition de l’opposition dite radicale.

Il précise toutefois qu’il prend part à ce dialogue en tant que leader de Taxawu Senegaal.

‘’Si j’ai tenu à prendre part à ce dialogue au nom de Taxawu Senegaal, une coalition de l’opposition membre de YAW, c’est parce qu’il s’agit du Sénégal’’, a dit Khalifa Sall.

En réaction à la position de l’ancien maire de Dakar, le président de la République, Macky Sall, a dit qu’il n’y avait pas de sujet tabou à ce dialogue national. ‘’Le troisième mandat et tous les sujets peuvent être abordés à cette tribune’’, a-t-il ajouté, remerciant Khalifa Sall pour sa participation à ce dialogue en tant que membre de l’opposition.

Mamadou Decroix Diop, lui, souligne que le dialogue est fondamental dans un pays. ‘’La situation actuelle du pays nous impose le dialogue.’’

Il a demandé à Macky Sall de sortir des tiroirs les conclusions du dialogue précédent, celui qui a eu lieu après l’élection présidentielle de 2019 et a été interrompu par la pandémie de Covid-19.

SMD/CS/AB/ASG/ESF

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-JUSTICE-ASSISES / Diamniadio : des juristes saluent la pertinence des Assises de la Justice

Diamniadio, 28 mai (APS) – Des experts en droit ont salué la pertinence de l’organisation …