Dakar, 15 avr (APS) – Le président de la République Bassirou Diomaye Faye a instruit l’ambassadeur du Sénégal en France, Maguette Sèye, de tout faire pour arrêter la vente aux enchères de la bibliothèque de Léopold Sédar Senghor et entrer en contact avec le commissaire priseur afin de récupérer les ouvrages appartenant au poète-président, a t-on appris de source diplomatique.

”Nous avons eu écho de la vente aux enchères de la bibliothèque du président Léopold Sédar Senghor. Les autorités sénégalaises ont été informées et le président de la République, a aussitôt donné des instructions, pour tout faire pour que cette vente puisse être arrêté et entrer en contact avec le commissaire priseur et la venderesse pour pouvoir acquérir pour le compte du Sénégal, tous ces ouvrages”, a déclaré l’ambassadeur du Sénégal à Paris, Maguette Sèye, sur la RTS (télévision publique).

La bibliothèque de Léopold Sédar Senghor devait faire l’objet d’une vente aux enchères, ce mardi 16 avril à l’hôtel de Caen, en France.

Selon M. Sèye, ces ouvrages au nombre d’une centaine ont une ”importance cruciale”.

L’écrivain poète Amadou Lamine Sall, joint par téléphone, avait donné l’information.

‘’En ce matin du lundi 15 avril 2024, j’ai été informé de cette heureuse nouvelle. Notre ambassadeur à Paris a reçu les directives nécessaires pour faire annuler ou suspendre la vente du 16 avril prochain’’, a dit l’écrivain et poète.

Dans une note diffusée auparavant, il a tenu à adresser ‘’un merci d’altitude’’ au chef de l’Etat d’avoir entendu son appel pour que la bibliothèque de Senghor mise en vente aux enchères revienne au Sénégal et celui de nombre de Sénégalais.

En contact avec Caen poursuit-il, ‘’j’ai effectivement appris que la vente a été suspendue’’.

‘’Bravo et merci à notre ambassadeur à Paris qui négocie pour nous ramener la bibliothèque de Sédar’’, s’est réjoui le disciple du premier président du Sénégal indépendant Léopold Sédar Senghor de 1960 à 1981.

Il dit savoir aussi qui mettait en vente cette bibliothèque sans entrer dans les détails. De sources médiatiques françaises, la venderesse est la gouvernante de la sœur de Colette Senghor, héritière des biens de Léopold Sédar Senghor. 

‘’Désormais, sous la vigilance et l’émouvante générosité du président de la République, le Sénégal veillera sur les biens de Senghor. Nous avons également eu cette assurance. Je suis très profondément touché par cette sortie heureuse et généreuse’’, a indiqué le poète Sall.

L’écrivain et poète Amadou Lamine Sall avait appelé le président de la République Bassirou Diomaye Faye, le 5 avril dernier, pour demander le rapatriement des ouvrages. “Sauvez et ramenez au Sénégal la bibliothèque de Senghor mise en vente aux enchères”, a-t-il imploré.

Seize universitaires membres du groupe de recherche international Léopold Sédar Senghor ont cosigné un texte dans lequel ils plaident pour la sauvegarde de la bibliothèque du premier président de la République sénégalaise, programmée pour une vente aux enchères le 16 avril prochain en France.

“A travers les traces qu’il a laissées et qu’il nous a léguées, c’est toute une partie de l’histoire et du patrimoine sénégalais qui apparaît et qui risque à nouveau de disparaître”, avait averti l’universitaire Mouhamadou Moustapha Sow.

La menace est d’autant plus importante qu’il s’agit, avait-il dit, ”d’ouvrages importants à l’image de l’exemplaire du prodigieux discours sur le colonialisme de l’ami Aimé Césaire”. Celui-ci était dédié à “ce vieux Léopold Sédar Senghor”, écrivait l’écrivain martiniquais, disant être sûr que “malgré les apparences politiques, il [Senghor] déteste le colonialisme, destructeur de culture, de finesse (sic) et de civilisation”.

Il y a aussi des ouvrages du poète Aragon, également adressés à Ginette Eboué, la première épouse de Senghor, ou encore l’exemplaire d’un ouvrage déterminant dans la construction de sa pensée, “Ainsi parla l’oncle” de l’Haïtien Jean-Price Mars, qui rend “un fervent hommage d’admiration au grand poète noir”.

Dans cette bibliothèque figurent aussi des livres d’écrivains sénégalais, voire africains, tels que Ousmane Sembène, Ousmane Socé Diop, Birago Diop, Fily Dabo Sissoko ou encore Joseph Zobel, Paul Niger, Léon-Gontran Damas et Richard Wright, de même que des ouvrages de son ami René Maran, le premier Goncourt noir avec ‘’Batouala’’.

Selon Mouhamadou Moustapha Sow, ces ouvrages sont dédiés au poète, au député, au président de la République ou encore à l’ami Senghor.

FKS/AB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SÉNÉGAL-SANTE-COLLECTIVITES / Tivaouane : Un chirurgien-dentiste lance les activités d’un bloc dentaire par des consultations et des soins gratuits

Tivaouane, 26 mai (APS) – Le chirurgien-dentiste Babacar Ndiaye Amdy Diouf a lancé, …