Dakar, 5 fév (APS) – Des députés de l’opposition ont demandé, lundi, en séance plénière, le retrait de la proposition de loi portant report de l’élection présidentielle.

Les députés ont entamé l’examen d’une proposition de loi dont l’adoption marquera une étape décisive vers le report de l’élection présidentielle du 25 février, alors que le chef de l’Etat, Macky Sall  a abrogé le décret convoquant le corps électoral, entrainant de fait une interruption du processus électoral.

La proposition de loi émane de parlementaires du Parti démocratique sénégalais (PDS), dont la candidature de son leader, Karim Wade, a été déclarée irrecevable par le Conseil constitutionnel pour cause de double nationalité.

Elle fait suite à une résolution adoptée par l’Assemblée nationale en vue de la création d’une commission d’enquête parlementaire visant à faire la lumière sur des accusations de supposées de corruption et de conflits d’intérêt visant certains membres du Conseil constitutionnel.

Ces accusations ont été portées par le Parti démocratique sénégalais, la formation politique de l’ancien président Me Abdoulaye Wade (2000-2012).

Les députés du groupe Liberté et démocratie ont bénéficié des voix des députés de la majorité présidentielle, Benno Bok Yaakar (BBY), pour faire passer cette résolution

‘’Nous devons respecter les lois et règlements de notre pays’’, a invité le député Cheikh Abdou Bara Dolly Mbacké, estimant qu’en votant, ”cette loi, le président de la République va proroger son mandat’’. Selon lui, ”tout député qui aura voté cette loi aura trahi le peuple”.

A l’appui du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les députés de l’opposition ont soulevé plusieurs vices de procédure pour demander le renvoi du texte.

”Avant le début de toute plénière, les députés doivent prendre connaissance du texte 24 heures plus tôt’’, a rappelé Mohamed Ayib Daffé (Yewwi askan wi),  invitant ‘’au respect des lois et règlement du pays’’.

Il a relevé que les députés ont été convoqués en séance plénière moins de 24 heures après la réunion de la commission des lois, de la décentralisation, du travail et des droits humains.

Guy Marius Sagna (Yewwi askan wi) a estimé que le texte devait d’abord être soumis à la commission des finances. ‘’Des dépenses ont été engagées pour la confection des fiches, du carburant pour le transport du matériel et des chauffeurs ont été payés. Avec le report envisagé, on devra engager d’autres dépenses et pour cela, il faut forcément passer par cette commission des finances’’, a déclaré le député.

Thierno Alassane Sall (non inscrit), candidat à la présidentielle a soutenu qu’on ”ne peut pas reporter une élection sur la base d’allégations”. Il estime qu’il ”fallait apporter la preuve avant de faire quoi que ce soit’’.

Pour Sanou Dione, ‘’toutes les décisions prises en commission sont illégales sans la présence du gouvernement’’. ‘’Il faut que le gouvernement soit convoqué devant l’Assemblée nationale’’, a-t-il dit, relevant que ‘’la République est en train de s’affaisser’’ en engageant cette procédure.

Ameth Aïdara (Yewwi askan wi) a appelé les députés de la mouvance présidentielle et ceux de Wallu à ‘’savoir raison garder’’. ‘’Il n’y a pas de crise qui puisse faire reporter les élections présidentielles’’, a-t-il dit, invitant le retrait de cette proposition de loi.

Pour Babacar Abba Mbaye (Taxaw), ”les politiques abusent en cherchant à proroger le mandat du président’’. ”’Ne soyons pas l’Assemblée nationale de la honte’’, a-t-il lancé,.

CS/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE-GOUVERNANCE / Bachir Kanouté suggère de mettre le citoyen au cœur du processus budgétaire

Dakar, 28 fév (APS) – Le coordonnateur du Réseau citoyen pour la transparence budgét…