Fatick, 7 juin (APS) – Le ministre de l’Environnement et de la Transition écologique, Daouda Ngom a souligné, vendredi, la nécessité de redynamiser la réserve de biosphère de Samba Dia, pour préserver ce patrimoine dont il a mis en avant la dimension internationale.

“Nous devons redynamiser la réserve de Samba Dia. C’est un patrimoine pour le Sénégal et pour l’international. Cette réserve biosphère fait partie des 740 réserves dans le monde”, a-t-il dit lors d’une tournée dans la région de Fatick (ouest).

La réserve de biosphère de Samba Dia est une forêt classée. “Elle est caractérisée par la présence d’importants rôniers. Elle a un statut international qui joue une fonction de conservation des espèces et d’appui logistique pour les élèves et les chercheurs. Il joue aussi un rôle de développement durable”, a indiqué M. Ngom.

Le ministre de l’Environnement a déploré “les menaces multiformes dans cette réserve”, imputables à “la pression” du bétail et des établissements humains, en lien avec son statut de zone touristique.

“Nous comptons donner un nouvel élan à cette redynamisation en essayant de trouver des partenaires”, a promis le ministre de l’Environnement.

Daouda Ngom, accompagné par la gouverneure de Fatick, Seynabou Guèye, a par ailleurs visité, dans le cadre de son déplacement dans cette zone, les réserves naturelles de Palmarin qui, selon lui, joue un rôle important dans la conservation de la biodiversité et dans l’approvisionnement de la communauté locale en biens et services.

Il s’est également rendu dans les aires marines protégées de Sangomar où un programme de restauration de la biodiversité dégradée est en train d’être mis en œuvre, en vue d’augmenter le rendement des produits halieutiques dans cette zone.

SDI/BK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SOCIETE-ENFANCE / Appel à une ”mobilisation accrue” pour l’élimination du travail des enfants d’ici 2025

Louga, 12 juin (APS) – L’élimination du travail des enfants sous toutes ses fo…