Dakar, 12 déc (APS) – Le festival international du court métrage de Dakar, dont la sixième édition a été officiellement lancée lundi, rend hommage aux pionnières du cinéma en mettant en exergue leurs parcours, pour que les “jeunes femmes” ne soient pas amenées à croire que le cinéma est exclusivement masculin.

“Hommage aux pionnières”, le thème choisi pour cette édition du festival de court métrage de Dakar, également appelé “Dakar court” (11-16 décembre), “est assurément un signe de grande reconnaissance pour des femmes éminentes, qui comme tous, ont été les premières à oser se jeter à l’eau, ouvert la voie et donné courage des fois aux nombreux talents qui ont suivi”, a déclaré le président du conseil d’administration du musée des Civilisations noires, Abdoulaye Racine Senghor.

Il procédait à l’ouverture officielle de la sixième édition du festival international du court métrage de Dakar, organisée en partenariat avec l’Institut français de Dakar.

“Nous avons ici, malgré les difficultés, la présence des femmes, et c’est important de le dire […]”, a dit Abdoulaye Racine Senghor, en parlant de personnalités devant être célébrées lors de ce festival, à savoir la réalisatrice sénégalaise Safi Faye, la comédienne sénégalaise Isseu Niang et la cinéaste française Euzhan Palcy, des cinéastes qui, “par leur nom seulement, indiquent qui elles sont”.

Senghor, écrivain et critique littéraire, a assuré de l’engagement de l’Etat à soutenir et accompagner la promotion du cinéma sénégalais en appuyant des manifestations telles que le festival international du court métrage de Dakar.

Pour le cinéaste Moly Kane, président de l’association Cinémarekk, initiatrice de “Dakar court”, l’hommage du festival aux pionnières du cinéma sénégalais et d’ailleurs est “une obligation, voire une nécessité, parce que ces femmes ont énormément apporté à notre cinéma”.

Il considère que mettre en exergue les pionnières “permettra aux jeunes femmes cinéastes et techniciennes d’avoir des modèles et des références dans le milieu. Si on ne montre pas le parcours de Safi Faye, de Isseu Niang et de Euzhan Palcy ou même de Annette Mbaye D’Erneville, ajoute-t-il, ces jeunes femmes croiront que le cinéma est masculin”.

S’exprimant en présence du directeur de la cinématographie, Germain Coly, il a dit que “Dakar court” représente “six ans de parcours porté par des jeunes du Sénégal et de la Gambie, avec “plus de 300 membres et une dizaine de ciné-clubs à travers le pays”.

Laurent Montillet, directeur de l’Institut français de Dakar, co-organisateur de l’évènement, s’est dit “fier de porter à nouveau ce festival” dont la sixième édition sera rythmée par de nombreuses activités, avec la projection des onze films en compétition officielle et cinq autres représentant les écoles de cinéma.

Le programme de la manifestation prévoit divers panels sur le patrimoine cinématographique, les centres de formation en cinéma, entre autres sujets.

Un trophée d’honneur a été remis à la fille de Safi Faye et à l’homonyme de Isseu Niang, en attendant l’arrivée à Dakar de la réalisatrice Euzhan Palcy, dont le film “L’ami fondamental” (2006) a été projeté en ouverture en présence d’un public venu nombreux.

Ce film raconte l’histoire de l’amitié entre l’écrivain et homme politique martiniquais Aimé Césaire et le premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor.

“Le Mandat” de Sembène Ousmane, film dans lequel Isseu Niang (1938-2000) a joué, et “Selbé et tant d’autres” de Safi Faye (1943-2023), relatant les difficultés des femmes du monde rural, ont ensuite été projetés le même jour.

Les jurys du festival sont tous présidés par des femmes, dont la réalisatrice française d’origine sénégalaise Alice Diop (compétition officielle). La journaliste Fatimata Wane préside le jury critique et la cinéaste Ramata Toulaye Sy le jury du prix Grec-France TV.

FKS/BK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-AGRICULTURE / Maraîchage : Kaolack a été ‘’très dynamique’’ cette année (DRDR)

Kaolack, 2 mars (APS) – Le sous-secteur du maraîchage s’est avéré ‘’très dynamique’’ dans …