Dakar, 3 mai (APS) – La première édition du Festival panafricain des séries a démarré mardi soir à Dakar, avec l’ambition de “construire, d’accompagner les accélérations qui sont en cours” dans ce secteur de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel.

Pour cette première édition (3-6 mai), 27 films sont en lice dont trois seront projetés hors compétition.

“Le festival ne va pas être que des séries et des projections, il est aussi important de mettre en lumière les émergences et d’accompagner, de pousser [ce secteur]. Il y a un dispositif d’ateliers professionnalisant sur l’actorat, la coproduction et le financement, des tables rondes et des master class”, a déclaré la directrice générale du Festival Dakar Séries, Séraphine Angoula.

La manifestation a l’ambition de “valoriser et de montrer tout ce qui se fait au quotidien”, l’idée étant “d’aller un peu plus loin, de se mettre ensemble et de réfléchir sur comment encore donner plus d’ambition à nos projets audiovisuels”, a-t-elle dit.

“La série forme et structure nos industries”, a soutenu Séraphine Angoula, ajoutant qu’on trouve “beaucoup plus de séries que de films sur le continent [africain] aujourd’hui”.

“Les professionnels passent à la série court et long métrage qui circule un peu partout, donc il était important de lui donner un rendez-vous dédié”, a poursuivi Séraphine Angoula, qui espère que Dakar Séries sera “le carrefour de toutes les séries”.

L’actrice sénégalaise Rokhaya Niang, marraine d’honneur du festival, a souhaité la bienvenue en terre sénégalaise “à tous les acteurs des séries africaines” lors de sa prise de parole.

Ce festival “est le nôtre parce qu’on tourne beaucoup de séries au Sénégal, c’est bien d’avoir choisi ce pays, merci. (…) Je vois tous ces acteurs : Kadi Jolie, Mona Ndiaye du Burkina Faso et tous les autres que je reconnais à travers le petit écran”, a-t-elle ajouté, en l’absence de la marraine du festival Aïcha Maïga.

La saison 2 de la célèbre série “Wara” (fauve en bambara) produite par le Sénégal, le Niger et la France a été projetée en avant-première lors de cette soirée, avec deux nouveaux épisodes.

Ce thriller socio-politique tourné au Sénégal, entre Dakar et Saint-Louis, raconte l’histoire de Moutarie Wara, un exilé politique et professeur de droit qui brigue la mairie de la ville de Tanasanga. La série, entre guerre de positionnement et assassinat, traite de plusieurs maux de la société, notamment la corruption, la grogne des étudiants, la lutte féministe.

Le Sénégal est bien représenté dans la compétition avec les séries “Terranga”, “Salma”, “Emprises”, “Déchéances”, “Wara” saison 2, “Vautours” et “Black Santiago Club”, une coproduction Sénégal/Bénin.

Sont également en lice des films du Cameroun, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de l’Algérie, du Nigéria, du Maroc, du Burkina Faso, de la Centrafrique et de l’Afrique du Sud.

Le jury de cette première édition de Dakar Séries sera présidé par le producteur et réalisateur sénégalais Omar Sall. L’actrice, chanteuse et danseuse Nathalie Vairac (France) va siéger à ses côtés, de même que le professeur de littérature et de civilisations africaines Ibrahima Wane (Sénégal).

Il y a aussi l’actrice et productrice Aminata Diallo-Glez alias “Kadi Jolie” (Burkina Faso), ainsi que le producteur de cinéma et audiovisuel Neigeme Glasgow-Maeda (Luxembourg). Ils étaient tous présents à l’ouverture du festival.

FKS/BK

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-CULTURE / FINANCEMENT / Birkelane : de nombreux talents détectés grâce à un studio d’enregistrement acquis avec le FDCU

Birkelane (Kaffrine), 16 juil (APS) – Le département de Birkelane, dans la région de…