Louga, 27 nov (APS) – La sixième édition du festival ”Alimenterre Sénégal” a démarré, lundi, à Louga (nord), avec l’ambition de promouvoir le consommer local à travers les exploitations familiales, a appris l’APS auprès de ses initiateurs.

Il vise également à contribuer au développement d’une citoyenneté engagée dans la promotion d’un système agroalimentaire plus juste et plus durable à travers le partage et la mise en débat des initiatives prises par des agriculteurs familiaux en vue d’améliorer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté en milieu rural au Sénégal, ont-ils indiqué.

“Notre objectif, à travers ce festival, c’est d’abord promouvoir ce que nous appelons le consommer local à travers nos exploitations familiales parce que nous avons la conviction et la certitude qu’elles peuvent nourrir le Sénégal si les conditions d’accompagnement et d’appui sont réunies”, a déclaré le Secrétaire général de la Fédération des associations paysannes de Louga, Malick Sow à l’issue de la cérémonie d’ouverture.

Il a souligné que “le fait que les exploitations familiales nourrissent ce pays veut dire que notre consommation doit partir à partir de nos productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques”.

“Quand on parle de productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques, on ne se limite pas seulement en termes d’alimentation, mais on vise la production, l’alimentation, la nutrition et la création d’emplois et de richesses pour le paysan”, a-t-il expliqué.

A travers ce festival, a-t-il fait savoir, “on sensibilise et informe les autorités pour qu’elles prennent en compte nos préoccupations et le vécu quotidien des producteurs à travers les diverses zones agroécologiques”.

Il estime que “la région de Louga a la particularité d’être dans trois zones agroécologiques, la zone du bassin arachidier, la zone sylvopastorale et la zone des Niayes ou les productions agricoles, horticoles et animales sont réunies”.

“Donc, Louga  a tous les atouts pour se nourrir et créer de l’emploi et de la richesse pour notre exploitation familiale, mais pour y parvenir il faut que nos autorités élaborent des politiques allant dans ce sens”, a-t-il fait valoir.

Le co-coordonnateur  du festival ‘’Alimenterre”, Malick Diop, a, de son coté, émis le souhait d’avoir “au niveau international et national un système alimentaire qui part de la base des exploitations familiales pour atteindre le sommet”.

“Nous allons regrouper toutes les préoccupations des agriculteurs ou producteurs avec la concertation de la stratégie de souveraineté alimentaire et nous allons les soumettre à l’Etat du Sénégal afin que la proposition des acteurs puisse être intégrée au niveau de la politique agricole nationale”, a-t-il plaidé.

“C’est pourquoi, nous organisons aujourd’hui ce festival à Louga, mais nous allons également le faire à Ross Béthio, Fatick, Kaolack et à Bignona pour informer et sensibiliser les citoyens et les décideurs sur les enjeux des pratiques agricoles saines et durables, valoriser l’apport des exploitations familiales pour relever les défis alimentaires et la réduction de la pauvreté, mais aussi promouvoir la consommation des produits agricoles locaux par les citoyens”, a-t-il fait remarquer.

DS/ASB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE-MINES / Conflits miniers à Kanel : la SOMIVA invitée à améliorer sa communication avec les populations

Matam, 4 mars (APS) – Le gouverneur de Matam (nord), Mouhamadou Moctar Watt, a invit…