Kaolack, 11 août (APS) – La région de Kaolack (centre) a enregistré, en 2022, un taux de couverture des mutuelles de santé de 37,38% dans le cadre de la Couverture maladie universelle (CMU), a révélé vendredi, Aly Fall, conseiller technique en charge des médias et des relations publiques de l’Agence nationale pour la couverture maladie universelle (ANCMU).

‘’On a été très heureux de constater qu’à Kaolack, on a de bons résultats dans le cadre de ce programme, avec un taux de couverture de 37,38%, correspondant à  45% de la cible régionale’’, a-t-il notamment indiqué lors d’un atelier de partage avec les professionnels de l’information et de la communication  et autres acteurs de la  presse sur les progrès de ce programme lancé en septembre 2013.

Le responsable des relations publiques de l’ANCMU a également fait savoir qu’un taux de pénétration des mutuelles de santé de 83,72% a été noté dans cette région où 4805 séances d’hémodialyse pour 41 personnes ont été réalisées en 2022 et 1078 césariennes effectuées sur la même période, 156 dans le département de Nioro du Rip.

‘’La CMU est très en avance dans cette région, d’autant plus que nous sommes en train de mettre en œuvre des réformes issues de plusieurs évaluations de ce programme comme la départementalisation des mutuelles de santé l’ensemble des acteurs travaille dans le sens de faire de la CMU une réalité mais aussi de permettre aux populations de pouvoir accès à des soins de santé de qualité et à moindre coût’’, a dit Aly Fall.

Il a annoncé que sous peu le bureau CMU du Centre hospitalier régional El Hadji Ibrahima Niass (CHREIN) sera installé pour un meilleur accès aux services de gratuité.

Les responsables de l’ANCMU sont en train de travailler à la digitalisation de la gestion de l’assurance maladie par l’identification biométrique, une initiative qui fait partie des ‘’réformes phares’’ de ce programme.

‘’Dans les cadres des réformes que nous sommes en train de mener, un accent particulier est mis sur la digitalisation qui va régler beaucoup de problèmes y compris celui de la facturation. Parce qu’il y a souvent une remontée assez lente de certaines factures, retardant le paiement’’, a expliqué M. Fall.

‘’Avec l’évènement des cartes CMU, nous pouvons avec le système digital, identifier les gens au niveau des points de prestation et de savoir de quoi il aura besoin en termes de prise en charge. Donc, ces réformes vont nous permettre, à terme, de redynamiser davantage le programme de CMU au Sénégal’’, a-t-il souligné.

 

Parmi ces réformes, il y aussi la portabilité que le bureau régional de la CMU de Kaolack et les organisations mutualistes locales ont fini d’expérimenter. Kaolack a été la région pionnière dans le cadre de la portabilité puisqu’ici, pratiquement, tous les malades membres d’une mutuelle de santé peuvent se soigner dans tous les départements de la région.

‘’On veut aller vers une portabilité nationale qui consiste à faire en sorte que chaque malade, là où il est, puisse se soigner. On peut habiter Ziguinchor et en cas de séjour à Saint-Louis, pouvoir se soigner sur place, dans le cadre d’une coopération entre les différentes mutuelles de santé du pays’’, a encore expliqué Aly Fall.

Par ailleurs, la lettre de garantie, qui est souvent demandée à des patients bénéficiaires de la CMU pourrait, selon certaines personnes, constituer un blocage dans la mise en œuvre effective et efficiente de ce programme.

‘’La lettre de garantie est revenue plusieurs fois, parce qu’on a constaté qu’elle peut, parfois, décourager certains bénéficiaires parce que pouvant retarder leur prise en charge. Mais, avec les réformes que nous sommes en train de mener, l’installation des bureaux CMU pourrait être une solution’’, a rassuré Fall.

Il espère que d’ici la fin de l’année 2023, tous les centres de santé et autres structures hospitalières auront leur bureau CMU pour parvenir à régler ce genre de problèmes liés à la remise de lettre de garantie.

Soutenant que la dette est un indicateur de performance, le responsable de l’ANCMU a révélé qu’une dotation spéciale de 10 milliards de francs CFA de l’Etat du Sénégal sera disponible en mai prochain afin de payer les arriérés.

Il est ainsi revenu sur la situation de la dette de la CMU au niveau des structures de santé, qui s’élève à 10 473 386166 francs CFA à la date du 28 mars 2023. M. Fall a signalé que pour la gratuité de la dialyse, la dette à payer est de 2 017 608 522 francs CFA, pour la césarienne, à 1 642 213 000 francs CFA, le plan sésame 3 666 928 850 francs CFA alors que la prise en charge des enfants de 0-5 ANS est 3 146 974 500 francs CFA.

ADE/AKS/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SOCIETE-STUPEFIANTS / Kolda : 108 kg de cocaïne saisis par la douane de Kalifourou

Kolda, 15 juin (APS) – La brigade commerciale des douanes de Kalifourou (sud) a sais…