De l’envoyée spéciale de l’APS, Fatou Kiné Sène

Fimela (Fatick), 11 jan (APS) – Le secrétaire général adjoint du gouvernement, Lamine Sarr, a indiqué, mercredi, que le projet de bibliothèque nationale est ‘’très avancé en terme de conception et de préfiguration’’.

La direction du livre et de la lecture a tenu un atelier destiné à réfléchir autour des contours des premiers termes de la préfiguration de la bibliothèque nationale, a-t-il fait savoir.

Il intervenait, mercredi, lors d’un panel sur ‘’Littérature et arts de la scène’’. Ce panel s’est tenu lors du colloque de la douzième édition du Festival national des arts et culture (Fesnac) de Fatick, axé sur le thème ”Les politiques culturelles au Sénégal : acquis et défis”.

Selon Lamine Sarr, président du conseil scientifique du Fesnac, les textes et lois devant régir cette future bibliothèque nationale ainsi que son financement ont été discutés.

‘’Comment financer cette bibliothèque nationale ? Il y a eu un atelier spécialisé dans ce sens et qui a eu à proposer des choses très claires pour cette bibliothèque nationale’’, a-t-il dit.

L’Etat s’est positionné, a-t-il indiqué, ajoutant que les partenaires au développement, dans le cadre de leur coopération avec le Sénégal, sont disposés à participer à ce financement.

Les discussions sur le futur statut de la bibliothèque nationale ont tourné autour du choix d’un établissement public à caractère industriel et commercial ou d’un établissement public à caractère administratif ou bien une société nationale.

‘’Ces différents schémas ont été proposés’’, précise l’ancien directeur de cabinet du ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly.

La question des contenus avec la fonction patrimoniale recherche et lecture publique, la préservation des expressions culturelles, etc., a quant à lui fait l’objet d’un atelier spécial, a-t-il fait savoir.

‘’Sachez que c’est très avancé en termes de conception et de préfiguration’’, a-t-il assuré. Il indique aussi que les textes et les lois devant régir cette bibliothèque nationale ont été discutés.

Des résultats et recommandations ont été obtenus lors de ces ateliers qui ont réuni des universitaires venant de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar et de celle de Gaston Berger de Saint-Louis.

Le professeur Abdoulaye Racine Senghor, président du conseil d’administration du musée des Civilisations noires, a aussi pris part à ces ateliers, selon Lamine Sarr.

Ce dernier répondait au journaliste culturel Aboubacar Demba Cissokho de l’Agence de presse sénégalaise, par ailleurs panéliste. Pour ce dernier,  ‘’il n’est pas cohérent que le Sénégal n’ait pas une bibliothèque nationale.”

‘’La question de la bibliothèque nationale a été posée en 1973 et jusqu’en 2024, rien n’est fait. Ouvrir une bibliothèque nationale permettrait de sauvegarder notre patrimoine du livre dans le pays’’, a-t-il souligné.

Il a toutefois salué les douze centres de lecture et d’animation publique mis en place par l’Etat.

FKS/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Agenda

Voir aussi...

SENEGAL-ENERGIE-REGULATION / Électricité : Amadou Kanouté, de CICODEV Afrique, élu président du comité consultatif des consommateurs de la CRSE 

Dakar, 2 mars (APS) – L’Institut panafricain pour la citoyenneté, les consommateurs …