Dakar, 2 mai (APS) – Le Secrétaire général de l’ONU a mis en exergue le rôle clé des journalistes et professionnels des médias dans la lutte contre les changements climatiques dans son message rendu public à la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

”Le monde traverse une situation d’urgence environnementale sans précédent qui menace l’existence même de la génération actuelle et des générations futures. Il faut que tout le monde le sache, les journalistes et professionnels des médias, ont un rôle clé à jouer à cet égard, en informant et en éduquant’’, a déclaré António Guterres dans cette déclaration dont l’APS a eu connaissance.

La journée mondiale de la liberté de la presse sera célébrée vendredi sur le thème : ‘’La presse pour la planète : Crise environnementale et urgence du journalisme’’.

”Les médias locaux, nationaux et internationaux peuvent placer la crise climatique, la perte de biodiversité et l’injustice environnementale sous les feux de l’actualité’’, selon le patron de l’ONU, soulignant que ”grâce à ce travail, les gens finissent par comprendre la situation critique que connaît notre planète, se mobilisent et ont les moyens d’agir en faveur du changement’’.

Notant que la liberté des médias ‘’est attaquée de toutes parts’’, le SG de l’ONU, a signalé que ‘’le journalisme de l’environnement est une profession de plus en plus dangereuse’’.

Il a relevé que ‘’des dizaines de journalistes qui couvraient des sujets tels que l’exploitation minière ou forestière illicite, le braconnage ou d’autres problèmes environnementaux ont été tués au cours des dernières décennies’’.

António Guterres a déploré que ‘’dans la grande majorité des cas, personne n’a eu à rendre de comptes’’.

Citant l’UNESCO, il a relevé que quelque 750 journalistes ou organes d’information traitant les questions environnementales ont été attaqués ces quinze dernières années.

Selon lui, ‘’il y a aussi les actions en justice, qui sont utilisées pour censurer, réduire au silence, arrêter et harceler ces journalistes, tandis les propagateurs de fausses informations sur le climat, qui sont aujourd’hui légion, ne cessent de battre en brèche des solutions qui ont fait leurs preuves, notamment les énergies renouvelables’’.

Mais, a-t-il fait remarquer, ‘’les journalistes de l’environnement ne sont pas les seuls à être en danger’’.

En effet, ”partout dans le monde, des professionnels des médias risquent leur vie pour tenter de nous informer sur tous les sujets, de la guerre à la démocratie’’, a déclaré António Guterres qui se dit ‘’choqué et consterné par le nombre de journalistes qui ont été tués lors des opérations militaires menées par Israël à Gaza’’.

L’ONU, a-t-il dit, ‘’salue le travail extrêmement précieux qu’accomplissent les journalistes et les professionnels des médias pour que le public soit informé et mobilisé’’.

”Sans faits, nous ne pouvons lutter contre la mésinformation et la désinformation. Sans obligation de rendre des comptes, nous n’aurons pas de politiques solides. Sans liberté de la presse, nous n’aurons aucune liberté’’, a-t-il soutenu.

Il a souligné que ‘’la liberté de la presse n’est pas un choix, c’est une nécessité’’.

Saluant l’importance la liberté de la presse, le Secrétaire général a demandé aux gouvernements, au secteur privé et à la société civile de ‘’se joindre’’ à l’ONU ‘’à l’heure où nous réaffirmons notre engagement à protéger la liberté de la presse et les droits des journalistes et des professionnels des médias partout dans le monde’’.

OID/AB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-FOOTBALL-RESULTAT  / National 1 : l’AS Bambey se qualifie pour la première fois de son histoire en ligue 2

Mbacké, 28 mai (APS) – L’AS Bambey ( 3e, 36 pts) s’est qualifiée mardi en ligu…