Dakar, 28 déc (APS) – L’animateur culturel Aliou Kéba Badiane, précédemment directeur du centre culturel régional Blaise Senghor de Dakar, a été nommé secrétaire permanent du comité de gestion du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (Fopica) du Sénégal, en remplacement de Abdoul Aziz Cissé, qui occupait ce poste depuis 2017, a appris l’APS de l’intéressé, jeudi.

La passation de service entre les deux hommes a eu lieu mercredi, a confirmé au téléphone le nouveau patron du Fopica, diplômé de l’Ecole nationale des arts de Dakar, vingtième promotion (1999).

“J’ai été nommé le 19 décembre par le ministre de la Culture et du Patrimoine historique Aliou Sow. La passation de service avec Aziz Cissé a eu lieu hier [mercredi] dans les locaux du Fopica, à la maison de la culture Douta Seck”, a expliqué M. Badiane.

Il considère ce nouveau poste est “un challenge” à relever, et compte pour ce faire s’inscrire dans la continuité pour mener à bien les grands chantiers de ce fonds alimenté par l’Etat à hauteur de deux milliards de francs CFA depuis 2021.

“Je travaillerai avec le concours de tous les professionnels du secteur, afin d’atteindre les objectifs fixés par la direction de la cinématographie. Il y aura des innovations et les priorités inscrites sur la feuille de route”, a affirmé Aliou Kéba Badiane, assurant rester à l’écoute des acteurs du cinéma sénégalais.

Il a occupé le poste de directeur du centre culturel régional de Sédhiou de 2009 à 2020, avant d’hériter de la direction du centre culturel Blaise Senghor à partir de 2020.

Le Fopica, placé sous la tutelle de la direction de la cinématographie, a été institué par la loi n°2002-18 du 15 avril 2002 portant règles d’organisation des activités de production, d’exploitation et de promotion cinématographiques et audiovisuelles en son article 9.

Les décrets d’application de cette loi ont été pris en 21 juin 2004. Un arrêté a été ensuite pris en 2014 pour fixer ses modalités d’organisation et de fonctionnement.

Mais, c’est seulement en 2013 que le chef de l’Etat a décidé de doter le Fopica, à la suite d’une audience accordée aux cinéastes primés au Festival panafricain du cinéma et de l’audiovisuel de Ouagadougou (Fespaco), où le Sénégal avait remporté son premier Etalon d’or de Yennenga avec le film “Tey” (Aujourd’hui) du réalisateur Alain Gomis.

La décision a été effective en 2014 avec un montant d’un milliard de francs CFA exclusivement dédié pour cette première année de fonctionnement à la production.

Le fonds prend désormais en compte la formation, la production, la diffusion et la circulation des œuvres cinématographiques sénégalaises.

Depuis 2022, le Fopica est partie prenante du programme “Deental”, signifiant “Ensemble” en pulaar, initié par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC, France), avec la collaboration financière de l’Union européenne et le support de Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique).

Ce mécanisme de financement permet d’accompagner efficacement les structures de productions sénégalaises qui s’engagent dans des projets de coproduction internationale avec les pays ACP.

FKS/ASG/BK

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-POLITIQUE / Macky Sall : ‘’S’il n’y a pas de consensus, je vais demander au Conseil constitutionnel de désigner mon successeur’’

Diamniadio, 26 fév (APS) – Le président de la République a déclaré, lundi, à Diamnia…