Tivaouane, 31 août (APS) – La ferveur du “Safar“ bat son plein dans la quasi-totalité des 80 quartiers de Tivaouane, à quelques jours du Magal de Touba prévu lundi prochain. Une preuve par mille de la belle osmose qui règne entre Tidianes et Mourides, dans la cité du Maodo El Hadji Malick Sy.

Le “Safar“ consiste notamment en des réjouissances organisées par la communauté mouride avant le Magal, qui regroupe chaque année le 18 du mois de Safar, deuxième mois du calendrier musulman, des milliers de fidèles dans la cité religieuse de Touba. Cet évènement commémore le départ en exil au Gabon du fondateur de la confrérie mouride, Cheikh Ahmadou Bamba, en application de sa recommandation et de son invite aux musulmans à l’aider à rendre grâce à Allah.

“Les gens ont maintenant réalisé que Serigne Touba et El Hadj Malick ne font qu’un”, commente le président des délégués de quartier de la commune de Tivaouane. “Personne ne peut diviser les communautés mouride et tidiane”, martèle Pathé Mbow.

“Serigne Moustapha Bousso en est un exemple parfait. Il a quitté Touba pour venir s’installer à Tivaouane, au quartier Keur Maguèye 2, dont je suis le délégué (de quartier). Il s’est totalement intégré, (et) fréquente tout le monde sans distinction, mourides comme tidianes”, relève-t-il.

Ce délégué qui dirige la structure regroupant l’ensemble des délégués de quartier de Tivaouane, relève que ce dignitaire mouride assiste à toutes les cérémonies organisées à domicile par les habitants. “Keur Maguèye 2 est un quartier habité en majorité par des mourides, mais (dont) toutes les infrastructures (eau, électricité, etc.) ont été réalisées par Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine”, note-t-il.

Pour le délégué de ce quartier, feu Abdou Aziz Sy ”Al Amine”, du temps où il était khalife, avait toujours accordé une attention particulière à toutes les requêtes que lui soumettaient les quartiers mourides de Tivaouane, et tenait à les satisfaire.

“Je suis un mouride “sadikh“ (convaincu), mais Serigne Abdou Aziz Sy” Al Amine” a fait un geste qui peut expliquer l’osmose entre les mourides et les dignitaires tidianes à Tivaouane”, explique le responsable qui raconte que quand le président de la République de Gambie, Adama Barro, devait lui rendre visite à Tivaouane, le défunt khalife l’avait invité à venir l’accueillir avec lui.

Pathé Mbow a rapporté à l’APS un autre geste qui restera ”gravé à jamais” dans sa mémoire. ”L’actuel Khalife Serigne Babacar Sy Mansour a demandé au président Macky Sall de nous recevoir, a-t-il dit. En nous recevant, le président nous a bien écoutés, précisant que c’est la première fois qu’il reçoit les délégués de quartier de Tivaouane.”

La compréhension qu’il a de ce geste est que ce faisant, “il voulait juste montrer à tout le monde que la communauté mouride est la bienvenue à Tivaouane et (qu’elle) a le même droit que la communauté tidiane”.

Pour Pathé Mbow, Serigne Babacar Sy Mansour, l’actuel Khalife a “autant de considération” pour la communauté mouride. Il envoie même des dons de riz à des membres de cette communauté en de pareilles occasions. Cette pratique s’inscrit, selon le président des délégués de quartier de Tivaouane, en droite ligne des relations entre Cheikh Ahmadou Bamba et Seydi Elhadji Malick Sy.

Pathé Mbow se réjouit de l’atmosphère joviale des “safars” organisés dans les quartiers, pour communier avec les mourides.  La même communion dans la célébration est vécue depuis le démarrage du Safar à Cheikh Ahmed Tidiane Chérif, un quartier dont Sokhna Aïda Sy, épouse de l’actuel Khalife Serigne Babacar Sy Mansour, est la déléguée.

Fogny 1 n’échappe pas à la règle. Un habitant décrit une “entente parfaite” entre les communautés tidiane et mouride. “On se croirait à Touba même, alors que nous nous sommes à quelques encablures des résidences des familles Sy”, dit-il.

”Le Safar à Tivaouane est une vraie merveille divine”, estime Abdoulaye Diouf, délégué du quartier Cheikh Awa Balla Mbacké.

“Lors des  cérémonies organisées dans ce quartier, je suis peut-être le seul en raison de ma fonction, à savoir distinguer les mourides des tidianes”, témoigne-t-il. Que ce soit dans la distribution des mets, le récital du Coran et des “khassaïdes ou l’entraide entre familles, rien ne permet de dire qui appartient à telle ou telle confrérie.

Feu Serigne Pape Malick Sy, ancien porte-parole de la famille Sy, aimait à rappeler que Serigne Touba et El Hadji Malick Sy se tutoyaient. “L’un disait Ahmadou et l’autre Malick”, racontait-il.

Pour Abdou Aziz Diop, petit-fils de Elhadji Abdou Aziz Sy “Dabakh”, “Tivaouane est un exemple de dialogue confrérique”. “Notre légendaire entente restera une réalité aussi longtemps que vivront les petits-fils de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké et de Seydi Hadji Malick Sy”, assure-t-il. Une conviction qu’il partage avec Serigne Babacar Cissé, dit Pape Cissé, par ailleurs petit-fils de Serigne Babacar Sy. Pour ce dernier qui rentre de Banjul où il partageait une série de conférences avec des Mbacké-Mbacké, des Niassène, etc., “le Sénégal a une chance unique au monde”.

MKB/ADI/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-SPORTS / Championnats d’Afrique d’athlétisme : la FSA ‘’confiante’’ sur les chances de médailles

Dakar, 20 juin (APS) – La Fédération sénégalaise d’athlétisme (FSA) se dit confiante…