Ziguinchor, 13 mai (APS) – Le comité restreint de gestion du projet de désarmement de la faction Diakaye, sous la houlette du gouverneur Mor Talla Tine, a organisé une randonnée pédestre à travers les artères de la ville de de Ziguinchor, dédiée à la paix définitive en Casamance.

Cette randonnée initié, dimanche, en partenariat avec l’USAID, à travers ses projet ALIWILI 2 et le Catholic relief services, marque l’anniversaire de ”l’acte symbolique et historique de dépôt des armes d’environ de 250 combattants de la faction de Diakaye, le 13 mai 2023 à Mongone, dans le département de Bignona.

Elle a été animée sur le thème ”Diakhaye, un cas d’école”.

Brandissant des banderoles, les randonneurs, vêtus de blanc vêtus, sont partis de la maison de la paix, à Korentas. Ils ont tour à tour sillonné le quartier Esso, le rond-point Bélaly, l’avenue Djignabo, la rue Insa Ndiaye, les quartiers Grand Dakar, Lyndiane, Colobane et la rue Javelier. Ils ont bouclé ce circuit devant les locaux de la gouvernance de Ziguinchor où ils ont remis un mémorandum au gouverneur, Mor Talla Tine

”Toutes les couches de la population de Ziguinchor ont marché pour un seul objectif, c’est-à-dire, une paix durable et définitive en Casamance. Cette paix constitue l’ingrédient principal pour le développement économique et social de la région de Ziguinchor, de la Casamance et du Sénégal entier”, a salué le gouverneur de Ziguinchor à la fin de la marche qui a enregistré la participation de jeunes, de femmes, de personnes du troisième âge, d’ex-combattants de Diakaye.

Des forces de défense et de sécurité, des pensionnaires de l’INEFJA de Ziguinchor et le président du conseil régional de la jeunesse de Ziguinchor, Talibé Diallo, ont également pris part à cette randonnée pédestre.

Cette marché aux côtés des forces de défense et de sécurité, des jeunes, des femmes et à côté de toutes les personnes épris de paix, ”constitue du point de vue symbolique un pas extrêmement important”, a souligné le gouverneur. ”Ce pas est porteur d’espoir”, a ajouté le chef de l’exécutif régional.

Selon lui, ”c’est ce chemin que le chef de l’État, Bassirou Diomaye Faye, et les populations de la région de Ziguinchor, qui ont tant souffert dans ce conflit, nous invitent à prendre”.

“Et, c’est la raison pour laquelle chacun d’entre nous doit être un ambassadeur de la paix pour que cette flamme qui a vu le jour le 13 mai 2023 puisse parcourir les cœurs et les esprits pour que définitivement cette page sombre de l’histoire de la région de Ziguinchor soit définitivement tournée”, a appelé Mor Talla Tine.

Il a invité les autres factions du MFDC à emboîter le pas à Diakaye pour ”un Sénégal uni, prospère’.

“Je remercie les acteurs de la société civile de la Casamance naturelle, les ex-combattants de Diakaye qui en un moment donné ont choisi la voie des armes pour porter un certain nombre de revendications et qui ont accepté la main tendue de l’État pour une paix des braves sans vainqueurs ni vaincus”, a dit M. Tine.

La représentante de la société, Élie Sophie Sagna, a invité les nouvelles autorités à consolider les acquis par la poursuite de la réalisation des points d’accord de l’engagement signé dans les accords de l’acte 3 du 13 mai 2023.

”L’État étant une continuité, nous exhortons les nouvelles autorités à consolider les acquis par la poursuite de la réalisation des points d’accord de l’engagement signé dans les accords de l’acte 3 du 13 mai 2023”, a plaidé Mme Sagna.

Il s’agit, selon elle, ”du désenclavement, de la construction des infrastructures sociales de base, de l’accès à l’eau et à l’électricité, du renforcement de la sécurité et de la prise en charge des populations déplacées, réfugiées et retournées”.

Selon elle, “grâce à l’ancien régime et ses partenaires comme l’USAID, les ex-combattants ont pu bénéficier d’un accompagnement multiforme allant du cash transfert aux financements de projets individuels en passant par l’accompagnent psycho-social pour certains parmi eux”.

”C’est une journée de joie et de satisfaction qui nous anime aujourd’hui. La jeunesse de la Casamance est victime de plus de quarante ans de conflit. Nous ne souhaitons pas mourir dans le conflit. Nous avons besoin de cette paix”, a réagi le président du conseil régional de la jeunesse de Ziguinchor.

La Casamance, séparée du nord du Sénégal par la Gambie, est le théâtre d’un des plus vieux conflits d’Afrique depuis que des indépendantistes ont pris le maquis après la répression d’une marche en décembre 1982.

Après avoir fait des milliers de victimes et ravagé l’économie de cette région, le conflit a continuellement baissé en intensité.

Au moins 250 combattants du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) ont déposé les armes, le 13 mai 2023, lors d’une cérémonie organisée à Mongone, une localité du département de Bignona, qui abritait par le passé une importante base du mouvement irrédentiste.

MNF/ASB/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-JUSTICE / Les actions de la CPI ne visent pas que les Etats vulnérables (Procureur adjoint)

Diamniadio, 28 mai (APS) – Les mandats d’arrêts internationaux émis par la Cour péna…