Dakar, 11 mars (APS) – Les travaux de construction de l’usine de dessalement des Mamelles (Dakar) d’un coût estimé à 158 milliards de francs CFA sont exécutés à hauteur de 40%, un niveau de réalisation dont s’est félicité lundi le ministre de l’Eau et  de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam.

“On a constaté que les travaux avancent bien avec un niveau d’exécution de 40% qui nous permettra de terminer les travaux de génie civil à la fin de l’année de 2024-début 2025, et commercer de faire les essais de mise en service en juin 2025”, a-t-il déclaré.

Serigne Mbaye Thiam effectuait une visite de chantier de cette usine de dessalement d’eau, en présence du directeur général de la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES), Charles Fall, et du maire de la commune de Ouakam, Abdoul Aziz Guèye.

Il a rappelé que ce projet, d’un coût de 158 milliards de francs CFA, est financé par l’Etat du Sénégal à travers un prêt concessionnel de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), pour un montant de 137 milliards de francs CFA.

Le reste de ce financement provient de la contrepartie de l’Etat du Sénégal, d’un montant de 20 milliards de francs CFA, et de la SONES, pour un montant de plus de 1,5 milliard de francs CFA.

Selon Serigne Mbaye Thiam, le projet de l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles sera exécuté en deux phases et aura, à terme, “une capacité de 100 000 m3 par jour”.

“La première [phase] sera mise en service en juin 2025 et va permettre d’injecter dans le réseau 50 000 m3 par jour”, a précisé le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, selon qui ce projet vise à sécuriser et diversifier l’alimentation en eau de Dakar.

“Jusqu’à présent, relève-t-il, l’alimentation en eau de Dakar était assurée par des forages et les eaux du lac de Guiers à travers plusieurs projets. 

“C’est la première usine de dessalement que nous avons dans le pays. C’est un projet important qui comprend plusieurs composantes. Il y a la composante de l’usine de dessalement, la station de pompage, l’usine de traitement d’eau proprement dite, et un troisième site au niveau des réservoirs des Mamelles”, a détaillé M. Thiam.

Il a aussi visité le chantier de reconstruction du centre de santé de Ouakam, dans le cadre des mesures d’accompagnent mises en place par l’Etat du Sénégal à travers la SONES, en lien avec la conduite de ce projet.

Le ministre a signalé que le projet de l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles est accompagné d’un important volet social visant à “faciliter” son acceptabilité par les populations.

Aussi, l’Etat, à travers la SONES, a-t-il décidé d’un “certain nombres d’actions” au profit des populations locales, dans le cadre de la responsabilité sociétale d’entreprise.

“La première action, c’est le centre de santé de Ouakam qui a été complétement repris pour en faire un centre de santé plus moderne dont les travaux sont en cours et devraient être terminés au mois de juin 2024”, a-t-il-expliqué.

Un autre volet concerne “l’accompagnement des professionnels qui travaillaient autour de ces sites”, par la dotation de camions frigorifiques et la mise à disposition d’une usine de fabrication de glace pour les maraîchers exerçant sur place, a ajouté Serigne Mbaye Thiam.

Il a par ailleurs annoncé la réhabilitation ou la construction d’un récif pour maintenir les écosystèmes de poissons.

ABD/BK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ENVIRONNEMENT-SENSIBILISATION / Ziguinchor : un film documentaire sur le pillage des ressources projeté à Boffa

Boffa, 23 avr (APS) – “Aakimo”, un film documentaire portant sur le pill…