Diourbel, 8 avr (APS) – Les services déconcentrés de l’État ont pris lundi plusieurs engagements devant permettre une bonne organisation du magal de Serigne Abdoul Ahad Mbacké, troisième khalife général des mourides (1968-1989).

Ils en ont fait la promesse lors d’une réunion du comité régional de développement (CRD).

Après l’exposé des doléances, les chefs de service présents ont donné l’engagement ferme de tout mettre en œuvre pour répondre à l’attente du comité d’organisation et des milliers de pèlerins qui convergeront vers la cité religieuse de Touba.

Au terme de la rencontre, le gouverneur de la région de Diourbel, Ibrahima Fall, a annoncé que treize postes médicaux avancés et deux ambulances médicalisées seront mobilisés par la direction régionale de la santé, pour assurer une bonne prise en charge des pèlerins.

Il a annoncé que 15 bâches à eau et 12 camions-citernes seront mis à disposition du comité d’organisation en renfort des forages de Touba afin d’assurer un approvisionnement en eau en qualité et en quantité.

La Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) annonce qu’elle va procéder à l’entretien du réseau de basse tension avant le magal de même que la mise hors délestage de la ville de Touba deux jours avant le magal.

De son côté, la commune de Touba, avec l’appui de la Senelec, va procéder au dépannage et au rétablissement de l’éclairage public, a indiqué son maire, Abdou lahad Ka, relevant que la mairie va aussi mobiliser 15 camions de vidange pour 150 rotations.

Le commandant de la brigade de gendarmerie de Touba a invité le comité d’organisation à participer à la sensibilisation des chauffeurs et autres usagers de la route au respect du code de la route et à réviser leur véhicule pour éviter des cas d’accidents.

Cheikh Abdoul Ahad Mbacké, né en 1914 à Diourbel, est fils de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du mouridisme, et de Sokhna Mariama Diakhaté. Il devient le troisième khalife général des mourides en succédant à son frère aîné Serigne Fallou Mbacké en 1968.

Grand éducateur, par la parole persuasive et par l’exemple incitatif, il a explicité avec une rare réussite, la doctrine du travail rédempteur professé par son illustre père. En multipliant les daaras (écoles coraniques), il a contribué à accentuer l’orientation de la communauté vers l’étude, la recherche de la connaissance.

Cheikh Abdoul Ahad est également reconnu comme l’un des grands bâtisseurs de la ville sainte de Touba. Il a fait en quelques années de cette cité, une ville moderne en pleine expansion. Avec lui, la cité bénite est devenue un vaste chantier avec la floraison des infrastructures religieuses, culturelles et sociales qui témoignent de sa grande vision.

Incontestablement, Baye Lahad comme on l’appelle affectueusement a laissé une empreinte indélébile dans la ville de Touba, tout comme dans le cœur des mourides. A sa disparition, le 19 juin 1989, il a laissé une cité en plein essor et une communauté résolument soudée, mobilisée autour de l’adoration de Dieu et du travail sanctifiant.

MS/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-PRESSE-REVUE / Les quotidiens absorbés par la première journée des assises de la justice

Dakar, 29 mai (APS) – Les quotidiens reviennent largement mercredi sur la première j…