Dakar, 4 mars (APS) – Le directeur des investissements et de l’aménagement au ministère du Tourisme et des Loisirs, Ousmane Ndao, a souligné, lundi, à Dakar, la nécessité d’un système des statistiques “fiable et évolutif” au sein de l’Union économique et monétaire ouest africaine, “un impératif” devant permettre aux pays membres de “travailler sur une même base pour évaluer le poids du tourisme à l’échelle nationale et communautaire”.

“La mise en place d’un système des statistiques fiable et évolutif sur le tourisme devient un impératif en ce sens qu’elle permet à tous les pays membres de l’Union de travailler sur une même base pour évaluer le poids du tourisme à l’échelle nationale et communautaire”, a-t-il déclaré.

Il s’exprimait à l’ouverture d’un atelier national pour la mise en place ”des comptes satellites du tourisme (CST)”, à l’initiative du ministère du Tourisme et de la commission de l’UEMOA. Cette rencontre vise à aider à la prise de décision “claire et stratégique dans le développement du tourisme”.

 

Selon Ousmane Ndao, cet atelier, “rendu possible grâce à une collaboration entre la commission de l’UEMOA et l’Organisation mondiale du Tourisme, est une opportunité” pour le département en charge de ce secteur, eu égard “à la place importante [du tourisme] dans l’économie nationale, communautaire et mondiale”.

Les “comptes satellites” du tourisme peuvent être définis comme “un moyen de comprendre la place du tourisme dans l’économie et de le décrire en tant qu’activité ayant des impacts importants sur d’autres activités et sur d’autres secteurs”, a expliqué le directeur des investissements et de l’aménagement au ministère du Tourisme et des Loisirs.

Le Sénégal, dit-il, “a besoin d’une meilleure connaissance de la dynamique socio-économique du tourisme et de sa contribution dans la formation du PIB, la création de l’emploi”, alors que jusque-là, la collecte des statistiques du tourisme “se limitait à la mesure des flux des voyageurs étrangers dans un pays, combinés à des données sur les taux d’occupation des réceptifs”, entre autres.

La représentante résidente de l’UEMOA au Sénégal, Aïssa Kabo, note “cette formation permettra au Sénégal d’accélérer de manière efficace et efficiente le processus de mise en place de son compte satellite du tourisme à l’instar des autres Etats membres” de l’Union économique et monétaire ouest africaine.

La mise en place des “comptes satellites” du tourisme “permet d’avoir des indicateurs pour mesurer le niveau réel de performance, pour éclairer les choix budgétaires et élaborer des stratégies plus efficaces et adaptées pour le développement du tourisme”, a-t-elle précisé.

S’exprimant au nom du secteur privé, Boubacar Sabaly a fait remarquer que cet atelier “vient à point nommé parce que les petites structures du Sénégal ont besoin d’un appui logistique de l’Etat, de renforcer leurs capacités et surtout de pouvoir évaluer leur niveau de performance”.

 

“Il est important de tenir des ateliers de ce type et de pouvoir harmoniser ce qui se fait de mieux au niveau communautaire”, a indiqué Boubacar Sabaly.

Selon Jeannot Michel Abessolo, expert international en statistiques du tourisme, cet atelier permet d’apprendre “toutes les classifications de mesure, de corriger les flux au niveau des frontières aériennes, terrestres et maritimes”.

 

CS/BK

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

AFRIQUE-MONDE-GOUVERNANCE / Flux financiers illicites : plus de 50 milliards de dollars perdus chaque année en Afrique (responsable) 

Mbour, 23 avr (APS) – Le responsable des affaires juridiques à l’Initiative po…