Dakar, 16 mai (APS) – Olivier Le Gros, manager du programme Agropole center à l’Agence belge Développement (ENABEL), a invité, jeudi, à Dakar, les États ouest-africains à miser sur des infrastructures écologiques afin de réduire leur impact carbone et atténuer la consommation énergétique.

”On sait tous que les coûts d’énergie ne vont faire qu’augmenter dans les années à venir. Donc essayons d’économiser en faisant des constructions moins chères et qui vont être beaucoup plus économes en énergie”, a-t-il-suggéré.

Olivier Le Gros intervenait en marge d’une conférence régionale sur les constructions climato-résilientes organisée par l’Agence belge de développement (ENABEL) dont l’objectif est d’informer les acteurs sénégalais et ouest-africains des solutions techniques disponibles pour évoluer vers des infrastructures à faible impact carbone et à faible consommation énergétique.

Cette conférence a enregistré la participation d’experts, de chercheurs, des décideurs politiques et des praticiens de la région pour sensibiliser sur la nécessité de construire autrement. Elle a permis de mettre en exergue les solutions économiques disponibles et applicables dans la sous-région.

Concernant l’immobilier,  Olivier Le Gros a indiqué que les États doivent de tenir compte de l’environnement climatique, à travers la construction de bâtiments économes en énergie.

”La production d’une tonne de ciment équivaut à une tonne de Co² rejeté sur l’environnement. Quand on regarde ici à Dakar par exemple, les immeubles qui sont en train d’être construits, ce sont des véritables gouffres d’énergies qui coûtent énormément cher à climatiser”, a souligné l’expert. 

”Mais aujourd’hui, on peut affirmer qu’on peut construire autrement au Sénégal. Les solutions existent, elles sont disponibles et il y a des entreprises qui peuvent les mettre en œuvre”, a-t-il déclaré.

L’expert a estimé aussi que les constructions écologiques permettront aux populations de faire des économies dans le mode fonctionnement et l’entretien des bâtiments.

”Nous considérons que construire écologique n’est pas plus cher que d’autres modes de construction. Il faut résonner en termes de fonctionnement, c’est-à-dire, une construction peut coûter plus cher au démarrage mais sur une période de 5 à 10 ans, elle peut coûter beaucoup moins cher”, a-t-il expliqué.

”Un bâtiment bien construit qui nécessite moins de climatisation va coûter moins cher dans le mode fonctionnement et donc, même s’il coûtait un peu plus cher au départ, ce qui n’est pas forcément le cas, on va se retrouver largement dans le fonctionnement”, a-t-il ajouté.

ABD/OID/AKS

Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE / Ziguinchor : une table ronde sur les obstacles à l’accès des jeunes à la terre

Ziguinchor, 24 mai (APS) – Une table ronde sur les défis auxquels sont confrontés le…