Tammbacounda, 22 juin (APS) – La coopérative des producteurs de la vallée du fleuve Gambie (COPROVAG, ex-APROVAG) a réceptionné, jeudi, à Tambacounda (est), des infrastructures et équipements de production agricole d’un coût de 626 millions de francs CFA, dans le cadre de la mise en œuvre du projet femmes et agriculture résilientes (FAR), a constaté l’APS.

Le projet FAR est mis en œuvre par le consortium CECI – Centre d’études et de coopération internationale (CECI), de concert avec la Société de coopération pour le développement international (SOCODEVI). Il cible quatre filières (banane, piment, gombo et riz).

Il bénéficie d’un financement du gouvernement canadien, par l’entremise d’Affaires mondiales Canada (AMC), pour une durée de 5 ans (2019-2024) et pour un montant total de plus de 18 millions de dollars canadiens, soit plus de 8 milliards de francs CFA.

La cheffe du projet FAR, Dado Baldé, a relevé que la COPROVAG est une coopérative du secteur de la filière banane partenaire, au même titre que la Fédération des producteurs et productrices de banane de Sédhiou.

“Lorsqu’on est venu ici en 2017, nous avons fait des diagnostics au niveau de tous les maillons de la filière avec les communautés, les partenaires techniques de l’État et les services déconcentrés”, a-t-elle avancé, ajoutant que ce diagnostic a permis d’élaborer un plan d’investissement visant à renforcer l’autonomisation des femmes et des jeunes, mais aussi des producteurs et de la filière.

“Actuellement, nous avons mis en place cinq groupes motopompes au niveau de cinq périmètres, des clôtures et des abris qui serviront pour la formation des femmes et des jeunes pour leur positionnement au niveau de ces chaînes de valeur”, a déclaré la cheffe de projet, parlant d’un niveau d’investissement pour COPROVAG de “622 millions de francs” CFA.

Cet investissement a été utilisé “pour renforcer le positionnement des femmes dans cette filière, au-delà, il y a l’appui organisationnel et institutionnel de COPROVAG, en plus des formations, des renforcements en capacités des femmes sur tout ce qui concerne les thématiques égalités hommes/femmes”, a-t-elle précisé.

Elle est revenue sur les doléances des femmes relativement à l’arrosage des bananeraies, un travail qui dure huit heures par jour en moyenne et dont les conditions, disent-elles, pourraient être améliorées malgré l’installation de cinq groupes motopompes. “On prend note de ces plaidoyers”, a répondu Dado Baldé, assurant que cette doléance sera portée auprès des bailleurs et du gouvernement sénégalais.

Le projet FAR porte sur 10.000 mètres  de clôture de périmètres pour les 5 GIE de Saal I, Saal II, Wassadou, Bantantinty et Koulary. Il a aussi mis à la disposition des bénéficiaires 2500 cageots pour le conditionnement de la banane, 5 groupes motopompes de 4 et 6 cylindres, pour un coût total de 125 millions de francs CFA, ainsi que cinq abris assortis de toilettes pour la tenue des sessions de formation et des rencontres des membres des GIE.

Les GIE concernés ont également bénéficié de 2 camions frigorifiques de 20 et 25 tonnes pour le transport secondaire de la banane et d’un moulin à mil solaire pour les femmes de Faraba, dans le département de Tambacounda.

BT/BK/ASG/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans economie

Voir aussi...

SENEGAL-ENVIRONNEMENT-FORMATION / Sédhiou : des élèves de terminale sensibilisés sur les métiers verts par l’ISEP de Mbacké

Sédhiou, 27 mai (APS) – Des élèves du lycée Balla Moussa Daffé de Sédhiou (sud) en c…