Dakar, 5 déc (APS) – La Fondation TrustAfrica et ses partenaires organisent, le 11 décembre, à 15h30, une table ronde en format présentiel et en ligne sur la situation des communautés victimes de discrimination basée sur l’ascendance et l’esclavage (CDWD) en Afrique de l’Ouest, a appris l’APS.

Les panels seront animés par Dr Bakary Sambe, Directeur régional du Timbuktu institute, Raichatou Wallet, Vice-présidente de l’Association Temedt (Mali), Brahim Ramdane, Président de la Fondation Sahel (Mauritanie), Woré Ndiaye écrivaine, essayiste et spécialiste en transformation des conflits et Dr Moussa Zangaou, sociologue, chercheur universitaire, (Niger), indiquent les organisateurs dans un communiqué.

Les débats seront modérés par l’historien, professeur Ibrahima Thioub.

La journée internationale pour l’abolition de l’esclavage sera célébrée en décembre, signalent les organisateurs, relevant que “cette célébration se tient dans un contexte particulier, marqué par la montée de l’extrémisme violent, des coups d’états, d’une situation sanitaire mondiale dégradée, des violations de droits humains, de la pauvreté, de l’immigration et de changement climatique”.

Selon eux, “cette situation impacte considérablement la vie des communautés victimes de la discrimination basée sur l’ascendance et l’esclavage (DWD)”.

Ils rappellent que, le 25 juillet, lors de l’examen de la situation politique, sécuritaire et humanitaire en Afrique de l’Ouest et au Sahel, le Conseil de sécurité de l’ONU avait donné la parole au Représentant spécial du Secrétaire général pour ces régions et au Président de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Leonardo Santos Simaõ et Omar Alieu Touray.

Si ces deux responsables onusiens avaient “tour à tour, salué la tenue dans le calme de plusieurs élections”, ils avaient toutefois exprimé “leur préoccupation quant à l’aggravation de l’insécurité et la situation humanitaire dans la zone”.

Ils estiment que “les conséquences qui en découlent risquent de plomber tous les efforts déjà consentis avec le nombre important de personnes déplacées, exécutées, persécutées ou violentées dans le Sahel et les pays côtiers”.

Pour la Fondation TrustAfrica et ses partenaires, “dans un pareil contexte, la violation des droits des communautés victimes de la discrimination basée sur l’ascendance et l’esclavage (DWD) devient plus fréquente et violente et les dynamiques qui les sous-tendent se complexifient”.

OID/ASB

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Agenda

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE-MINES / Conflits miniers à Kanel : la SOMIVA invitée à améliorer sa communication avec les populations

Matam, 4 mars (APS) – Le gouverneur de Matam (nord), Mouhamadou Moctar Watt, a invit…