Ziguinchor, 20 oct (APS) – L’accès régulier des femmes à la terre tourne aujourd’hui autour de 15% au Sénégal, a révélé, vendredi, à Ziguinchor (sud), la conseillère technique et coordonnatrice de la cellule genre au ministère de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire, Sokhna Mbaye Mbacké.

“Au ministère de l’Agriculture, nous avons évalué l’accès des femmes à la terre. Et, nous avons constaté que présentement ça tourne autour de 15%. Nous avons encore des efforts à faire”, a-t-elle déclaré en marge d’un atelier d’information et de sensibilisation sur le foncier et le genre organisé à l’intention des autorités locales et des organisations paysannes.

Cette activité a été organisée par le ministère de l’Agriculture, de l’Equipement rural et de la Souveraineté alimentaire à travers le Projet de valorisation des eaux pour le développement des chaînes de valeur (PROVALE-CV).

“Les femmes parfois peuvent accéder à la terre mais parfois elles n’ont aucun contrôle sur la terre. Et cela, c’est une difficulté même si c’est une réalité locale”, a déploré Mme Mbacké.

Elle a rappelé qu’un audit a été effectué par le ministère de l’Agriculture en 2020. “Et, nous avons constaté qu’il y avait des inégalités de genre sur l’accès aux ressources productives”, a-t-elle dit.

Pour corriger ces inégalités, a-t-elle rappelé, “un circulaire avait été fait en 2018 demandant d’allouer des quotas au niveau des aménagements agricoles à savoir 15% d’aménagement à partir des eaux de surface et 20% à partir des eaux souterraines”.

Il a été également demandé d’allouer des intrants agricoles à savoir 20% de semences de riz et d’arachide aux femmes, a-t-elle ajouté, invitant les autorités locales à mieux accompagner les femmes afin qu’elles puissent utiliser la terre.

Elle s’est réjouie de cet atelier qui, selon elle, a permis de revenir sur la législation et de parler des procédures en cours afin que les femmes de Ziguinchor sachent comment accéder à la terre.

“Nous avons jugé opportun de renforcer les capacités de ces femmes et des jeunes ainsi que des autorités locales pour leur permettre d’accéder facilement à la terre”, a ajouté Sokhna Mbaye Mbacké.

“L’objectif de cet atelier, c’est d’informer, de sensibiliser et de renforcer les capacités de nos bénéficiaires et des maires des communes d’intervention du PROVALE-CV sur la question centrale du foncier notamment les procédures d’accès mais aussi de sécurisation de leur patrimoine foncier”, a pour sa part expliqué la responsable développement organisationnel genre du PROVALE-CV, Ndèye Marie Diagne.

Selon elle, ” dans la région de Ziguinchor, le PROVALE-CV a beaucoup de bénéficiaires qui disposent de parcelles à usage agricole qu’elles exploitent mais qui n’en sont pas propriétaires”.

“Nous voulons à travers cet atelier aider nos bénéficiaires notamment les femmes et les jeunes qui n’ont pas facilement accès à la terre mais aussi aider ceux qui en disposent et n’en sont pas propriétaires juridiquement”, a-t-elle encore souligné.

Mme Diagne estime que cet atelier ” va aider ces femmes et jeunes à pouvoir enclencher la procédure d’acquisition de parcelles à usage agricole”.

“Nous accédons à la terre mais nous n’avons aucune contrôle sur la terre. Ces terres où nous travaillons ne nous appartiennent pas. Cela est un véritable problème “, a confirmé la représentante du GIE de Cabrousse, Emmanuela Diatta, une des bénéficiaires de la formation.

“La gestion de la terre a toujours été une problématique au Sénégal notamment en Casamance. Elle est un peu délicate à cause des pesanteurs sociales. Le PROVALE-CV est venu nous accompagner dans ce que nous devions faire tous les jours”, a salué le maire de la commune de Koubalang, Al Ousseynou Sagna.

MNF/AB/ASB

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-DIVERS / Tivaouane : deux personnes tuées dans un choc entre une moto et un camion

Tivaouane, 14 juin (APS) – Un conducteur de moto Jakarta âgé d’une trentaine d’…