Thiès, 5 mai (APS) – Des conseillers municipaux du département de Thiès ont mis sur pied, samedi dans la cité du rail, le  bureau de la section départementale du Collectif des conseillers municipaux du Sénégal (COCMS), une structure en gestation, qui se donne comme mission de revaloriser le statut de l’élu municipal.

Ousseynou Fall, conseiller municipal à la mairie de Thiès Est, a été désigné comme coordonnateur du Collectif dans le département de Thiès, à l’issue d’une assemblée générale constitutive organisée dans la salle délibérations de l’hôtel de ville de Thiès.

Le COCMS, a dit Ousseynou Fall, est un “cadre de concertation, d’échange, de partage, de décision et d’action“.

Il a pour objectifs de “défendre les intérêts matériels et moraux de tous les conseillers municipaux, de renforcer les capacités des conseillers municipaux et de nouer des partenariats avec des partenaires techniques et financiers“.

Le Collectif, par la voix de Ousseynou Fall, a transmis à cette occasion, ses doléances au président Bassirou Diomaye Faye, portant sur la revalorisation du statut du conseiller municipal, la prise en charge sanitaire, l’augmentation des indemnités de session et la mise sur pied d’une coopérative d’habitat pour les conseillers municipaux.

L’initiative de porter sur les fonts baptismaux un collectif des conseillers municipaux est née en début janvier aux Parcelles assainies, à Dakar, suite à l’annonce de la revalorisation des rémunérations des maires et de leurs adjoints, a  indiqué Samba Ndiaye, membre de la coordination nationale provisoire, venue superviser l’installation de ce bureau.

Après s’être retrouvés dans des groupes Whatsapp, les premiers membres ont organisé une conférence de presse, puis un séminaire en février à Rufisque, où était né un comité ad-hoc chargé de la supervision du processus de création du collectif à l’échelle nationale.

“Nous espérons, d’ici fin juillet, avoir notre structure nationale“, a dit Amadou Coumba Ndiaye, membre de la coordination nationale provisoire.

“Chaque adjoint au maire coûte 2,4 millions FCFA par an à sa commune, chaque maire, 18 millions par an et chaque conseiller municipal coûte 50.000 par an à sa commune. Nous estimons que ce n’est pas juste”, a dit Ousseynou Fall.

Il estime que si les 29.680 conseillers municipaux des 557 communes du Sénégal s’organisent, ils peuvent avoir ce dont ils peuvent atteindre leurs objectifs, ne serait-ce qu’à travers un réseau de solidarité.

ADI/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-RIZICULTURE / Des opérations de lutte aviaire lancées à Richard-Toll

Dagana, 30 mai (APS)- La direction de la protection des végétaux (DPV) de la zone Nord a p…