Dakar, 12 sept (APS) – Des échanges entre techniciens du numérique sur les questions liées à la sensibilisation et à la vulgarisation de l’intelligence artificielle (IA) vont rythmer la deuxième édition de la rentrée numérique, ouverte mardi à Dakar, à l’initiative de Gaïndé 2000.

‘’Aujourd’hui, l’intelligence artificielle est un sujet émergent et structurant dont tout le monde parle, qui va impacter la vie des sociétés, celle des organisations’’, a indiqué Ibrahima Nour Eddine Diagne, administrateur général de Gaïndé 2000.

Selon lui, il est important que la rentrée numérique permette à l’ensemble des acteurs d’avoir une “bonne” compréhension et d’être capables de faire les ‘’anticipations”.

“On ne peut pas ignorer l’importance que ce secteur va avoir et qu’on se prépare à l’accueillir ou pas, il impactera forcément nos organisations”, a-t-il souligné. Il déclare que l’intelligence artificielle est comme un “élément nouveau” qui donne de “nouveaux outils” pour la compréhension des phénomènes et pour la prise de décisions.

“Il y a une menace extérieure et si nous ne faisons rien, nos organisations vont perdre en compétitivité et en efficacité et c’est ça le grand risque”, a-t-il mis en garde.

D’après lui, autant les décideurs politiques que les responsables d’entreprise doivent “prendre conscience” qu’il y a un facteur qui va “changer la donne”.

Concernant les ressources humaines qui vont travailler autour de l’IA, l’administrateur général de Gaïndé 2000 affirme que le Sénégal dispose de ressources humaines de qualité.

“Elles sont très impliquées dans l’intelligence artificielle à la fois dans le territoire et dans la diaspora et même si nous n’en avions pas assez, le défi n’est pas dans la possession des compétences, il est dans l’utilisation des compétences”, a-t-il relevé.

Le directeur de cabinet du ministre de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Souleymane Astou Diagne, précise que cette rentrée numérique vise à “permettre un dialogue inclusif des acteurs sur la problématique du numérique”.

Il estime que le thème de cette année “Les opportunités et menaces de l’intelligence artificielle sur l’économie, les entreprises et les organisations : quelle attitude adopter ?” entre en droite ligne de la stratégie de ce ministère.

Il a annoncé que, le 14 septembre prochain, l’Etat du Sénégal, à travers le ministère de l’Economie numérique va décliner la Stratégie nationale de développement de l’intelligence artificielle, ce qui, selon lui, est une première en Afrique.

“Raison pour laquelle, le mois prochain, le gouvernement du Sénégal est invité à l’Union africaine pour prendre le lead concernant la vulgarisation de cette démarche nationale et permettre à d’autres pays africains de s’inspirer du modèle sénégalais”, a-t-il expliqué.

“Tout ça a été possible grâce au concours de différents experts nationaux et internationaux et de tous les membres de l’écosystème, qui ont travaillé d’arrache-pied, depuis au moins six mois, pour pouvoir sortir un document qui magnifie toute la stratégie de développement de l’intelligence artificielle”, a-t-il salué.

Dans son intervention, le directeur général de l’Agence sénégalaise d’études spatiales, Mariam Kaïré, s’est appesanti sur l’écosystème du numérique et du spatial et a relevé que ”le lien n’est pas souvent évident” avec l’IA.

”Quand nous utilisons des données qui proviennent des satellites, on les reçoit en grande quantité et ce sont des choses qui sont hors de portée d’un individu de pouvoir les exploiter seul et la meilleure solution [est] d’utiliser les algorithmes de l’intelligence artificielle”, a-t-il.

La deuxième édition de la rentrée numérique se poursuit jusqu’à mercredi. 

MFD/ADL/ASG/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-SANTE-PREVENTION / Pèlerins positifs au coronavirus : Ibrahima Sy appelle les populations  au respect strict des mesures préventives

Diass,  (Mbour) 23 juin (APS) – Le ministre de la Santé et de l’Action a invité dimanche l…