Tambacounda, 19 avr (APS) – Quarante-six pour cent des Sénégalais ignorent leur statut pour le diabète et 56 pour cent leur statut pour l’hypertension, a révélé le Dr. Malick Hanne, chef de la division de lutte contre les maladies non transmissible (MNT) au ministère de Santé et de l’Action social.

Le Dr Hanne a fait cette révélation, mercredi, lors d’une visite destinée à s’enquérir de l’état de mise en œuvre du projet de prévention et de prise en charge des MNT à Tambacounda.

Il a rappelé la signature en 2020, par le ministère de la Santé, d’un protocole avec la Fédération internationale du diabète (FID), pour ‘’mettre en œuvre, dans les régions de Tambacounda et Kolda, un projet de renforcement de la prise en charge, de la prévention du diabète et de l’hypertension artérielle’’.

‘’Après deux ans, le ministère, accompagné de ses partenaires, est venu voir l’état de mise en œuvre. On a pu faire des formations, renforcer les districts sanitaires en équipements, mais également voir les acquis et les bonnes pratiques afin de voir comment étendre cela aux autres districts du Sénégal’’, a-t-il expliqué.

Il a rappelé que les MNT ‘’représentent  45% des décès au Sénégal’’. Aussi était-il ‘’important pour le ministère de la Santé de faire en sorte qu’on renforce [la] prise en charge des MNT’’. Il est aussi fondamental d’œuvrer à faire en sorte que ‘’le diabète et l’hypertension soient connus davantage par les acteurs communautaires (…)’’. Il a également évoqué la nécessité d’une prise en charge précoce des patients de façon à ‘’limiter les éventuelles complications’’ liées à ces pathologies.

Il assure que le ministère de la Santé travaille afin qu’il y ait les mêmes qualités de soins partout et des centres de prise en charge du diabète dans les régions, à l’image de Marc Sankalé à l’hôpital Abass Ndao de Dakar.

Le président de l’antenne régionale des diabétiques de Tambacounda, El Hadji Ibrahima Camara, confie avoir évoqué avec les partenaires les difficultés’’ auxquelles font face les personnes souffrant du diabète dans la région.

Malgré les 500 km qui séparent Tambacounda de Dakar, dit-il, la région n’a toujours pas de centre dédié aux diabétiques, alors que les cas de diabète augmentent d’année en année.

Il a tiré la sonnette d’alarme par rapport à la hausse des cas d’enfants touchés par le diabète, dont la plupart sont du monde rural. ‘’La plupart de ces enfants atteints de diabète nous viennent des villages. Leur âge varie entre 8 et 18 ans, c’est quand même bizarre ’’, s’est-il étonné.

BT/ASG

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Société

Voir aussi...

SENEGAL-PAIX / Une randonnée de la paix et de la cohésion nationale à Thiès

Thiès, 3 mars (APS) – Des membres du mouvement politique Siggi Jotna de Abdoulaye Di…