Dakar, 21 nov (APS) – Tous les acteurs des petites et moyennes entreprises (PME) et des petites et moyennes industries (PMI) doivent travailler ensemble pour éviter les ‘’blocages’’ au financement de ces deux catégories d’entreprises, a proposé, mardi, à Dakar, le banquier Souleymane Sembène.

Il faut faire en sorte que ‘’tous les acteurs se mettent ensemble pour lever les blocages’’ auxquels sont confrontées les PME et les PMI lorsqu’elles veulent obtenir des financements auprès des banques, a dit M. Sembène, conseiller du directeur exécutif de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal.

Il intervenait à un atelier de ‘’renforcement de la communication autour du dispositif de financement des PME et des PMI’’.

La direction des petites et moyennes entreprises du Sénégal et la GIZ, l’agence chargée de la coopération technique allemande, sont les organisateurs de l’atelier.

L’‘’objectif principal’’ de cette rencontre à laquelle ont pris part plusieurs acteurs des PME et des PMI est de ‘’renforcer la compréhension du fonctionnement du dispositif de soutien au financement des PME-PMI’’.

‘’Beaucoup de PME sénégalaises ne remplissent pas les critères’’ leur permettant d’accéder aux financements dont elles ont besoin, ‘’d’où leur faible niveau d’éligibilité au dispositif de soutien au financement’’, signale la GIZ dans un document de presse.

Elle rappelle que le dispositif dont il faut renforcer la communication en vue de l’efficacité des PME et des PMI est opérationnel depuis 2018.

Il a fourni de l’aide – des services d’accompagnement et d’encadrement – à ‘’un peu plus de 1.300 PME’’, avec un encours estimé à 450 milliards de francs CFA, affirme l’agence de coopération technique allemande sur la base d’un rapport paru en mars dernier et consacré au système bancaire et aux SFD, les systèmes financiers décentralisés.

‘’Ce dispositif a été mis en place parce qu’on a constaté que les PME avaient du mal à accéder aux financements’’, a dit Soyibou Ndao, le directeur des risques et de l’intermédiation à l’ADEPME, l’Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises du Sénégal.

Des PME ont eu du mal à se faire financer par les banques ‘’parce que qu’elles ont beaucoup de difficultés pour fournir une information juste’’ aux établissements bancaires sur leurs états financiers, a souligné M. Ndao.

Ce spécialiste du financement et du développement du secteur privé explique que le but du ‘’dispositif’’ est de faire en sorte ‘’que toutes les PME ayant besoin de financements se fassent accompagner par les structures d’accompagnement et d’encadrement (SAE)’’.

Les SAE ‘’sont chargées d’aider la PME à préparer son dossier et tous les éléments dont la banque a besoin pour apprécier son projet et lui octroyer un financement’’, a précisé Soyibou Ndao.

‘’Il faut que les SAE, la banque centrale, les banques et tous ceux qui accompagnent la GIZ puissent discuter ensemble pour voir comment et par quels moyens améliorer la communication de ce dispositif’’, a-t-il proposé à la suite de M. Sembène.

Les PME et les PMI doivent ‘’réunir certaines conditions, dont la production d’états financiers, avoir trois années d’existence et toutes les autres informations financières jugées pertinentes pour la banque’’, rappelle la GIZ.

‘’Cependant, observe-t-elle, beaucoup de PME sénégalaises ne remplissent pas les critères, d’où leur faible niveau d’éligibilité au dispositif de soutien au financement des PME-PMI.’’

NAN/ESF/MTN

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ALLEMAGNE-COMMERCE / Médina Baye : un objectif de 2000 cantines visé par un programme de modernisation des sites de commerce

Kaolack, 3 mars (APS) – Un programme de modernisation des sites de commerce de Médina Baye…