Dubai, 12 déc (APS) – Les Emirats arabes unis sont ‘’confrontés’’ cette année à ‘’l’agenda le plus exigeant de tous les temps’’ de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, a déclaré, mardi, le directeur exécutif de la 28e COP, Masjid Al Suwaidi.

‘’Nous sommes confrontés à l’agenda de la COP le plus exigeant de tous les temps’’, a dit M. Suwaidi lors d’un point de presse.

Si ‘’toutes les COP sont des défis’’, dans cette COP, les Emirats arabes unis tentent de ‘’faire quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant, quelque chose d’historique’’, a-t-il dit.

‘’Nous essayons de convenir d’un plan global pour combler les écarts entre la situation actuelle du monde et celle qu’il doit atteindre pour ne pas dépasser 1,5 degré C’’, a-t-il expliqué. Selon lui, cet objectif représente ‘’notre étoile polaire depuis le début’’.

Il a indiqué qu’il s’agit clairement, pour la présidence de cette COP, ”d’inclure dans le texte final des dispositions sur les combustibles fossiles”.

‘’Notre approche, a-t-il expliqué, a toujours été de suivre deux voies. La première, dictée par la présidence, était le programme d’action et l’autre volet a toujours été le plus difficile à mettre en œuvre, car il est piloté par les parties [pays] où tout le monde doit être d’accord.’’

Si, officiellement, la 28e COP prend fin ce mardi, il a avoué que de ”nombreuses questions restent en suspens”.

‘’Nous avons publié hier [lundi] un message textuel qui, en réalité, était pour nous un point de départ pour les discussions pour un processus fondé sur le consensus. Lorsque nous l’avons publié, nous savions que les opinions étaient polarisées, mais nous ne savions pas où se situaient les lignes rouges de chaque pays”, a-t-il soutenu.

”En publiant notre premier projet de texte, a-t-il encore souligné, nous avons incité les parties à nous faire part rapidement de ces lignes rouges.”

Il a signalé que les discussions ont été poursuivies ‘’la nuit dernière’’ en tenant compte de ces réactions. Dans ces lignes rouges, ‘’il y a de l’atténuation, de l’adaptation, ou encore les moyens de mise en œuvre des pertes et dommages’’, a-t-il précisé.

Masjid Al Suwaidi a expliqué que la présidence de la COP a cherché ”un juste équilibre entre ces éléments”. Il a toutefois indiqué que le dernier mot revient aux parties pour déterminer leur degré d’ambition à atteindre, l’ambition réelle où elles veulent trouver l’équilibre.

‘’C’est sur ce point que nous négocions pour avoir un texte final consensuel’’, a fait savoir le directeur général de la COP 28.

AB/ASG/MD

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ARTISANAT-FINANCEMENT / La DER octroie un financement de près de 32 millions à 104 artisans bijoutiers

Dakar, 21 fev (APS) – Au total, cent quatre artisans bijoutiers ont bénéficié, mercr…