Dakar, 13 juin (APS) – Le Groupement professionnel de l’industrie du pétrole au Sénégal a déclaré mardi à Dakar avoir évalué les pertes causées par les derniers pillages des stations-service à ‘’plus de trois milliards de francs CFA’’.

‘’On a vécu cette situation en mars 2021, nous avions évalué les pertes à 3,5 milliards de francs CFA, que personne, ni les assurances ni l’Etat, n’a remboursé. On a dû prendre ça en charge […] Cette année encore, les pertes peuvent avoisiner le même montant’’, a dit son président, Mohamed Chaabouni, lors d’une conférence de presse du Conseil national du patronat.

Selon lui, le préjudice estimé à plus de 3 milliards l’est à titre provisoire.

Le Groupement professionnel de l’industrie du pétrole au Sénégal n’a pas fini d’évaluer les pertes, a-t-il précisé, annonçant que les premières estimations font état de ‘’centaines de stations-service’’ pillées.

‘’Certaines sociétés pourront surmonter cette crise mais d’autres petites sociétés sénégalaises, notamment les PME, ne pourront pas réparer pallier ces pertes’’, a poursuivi M. Chaabouni.

‘’Au Sénégal, il y a une soixantaine de distributeurs de carburant. La plupart d’entre eux ont été touchés par les manifestations’’, a-t-il signalé.

Selon lui, Total Energies est la société la plus ‘’touchée’’, avec 27 stations-service saccagées.

Dix-sept stations d’essence de Shell ont été vandalisées, a-t-il ajouté.

Petrosen, la Société des pétroles du Sénégal, a également été victime des pillages, selon Mohamed Chaabouni, qui est également directeur général de Vivo Energy Senegal.

‘’Certaines stations-service ont été complètement brûlées, d’autres dévalisées et les boutiques volées’’, a fait remarquer le président du Groupement professionnel de l’industrie du pétrole au Sénégal, affirmant que le pillage des sociétés de distribution de carburant s’est propagée dans d’autres villes, dont Mbour (ouest), Saint-Louis(nord) et Touba (centre).

Les professionnels de l’industrie pétrolière invitent l’Etat du Sénégal à payer au moins une partie de la dette contractée envers eux, pour leur permettre de réparer ou de reconstruire les stations d’essence vandalisées.

‘’En 2021, l’Etat nous avait aidés en débloquant une partie de la dette pour nous aider à réparer les stations d’essence. Nous l’invitons à un soutien rapide’’, a dit M. Chaabouni.

Des services de l’Administration publique, des banques, des infrastructures routières et universitaires, des mairies, des voitures et d’autres biens publics ou privés ont été saccagés ou incendiés lors des manifestations survenues après la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko à deux ans de prison ferme pour ‘’corruption de la jeunesse’’.

Les violences ont eu lieu à Dakar et dans d’autres villes du pays.

La peine requise contre M. Sonko, qui était jugé pour viol et menaces de mort, est susceptible d’empêcher le maire de Ziguinchor (sud) de se présenter à l’élection présidentielle de 2024, affirment ses avocats en se basant sur le Code électoral.

ABD/ADC/ESF

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-RELIGION-FETE / Tabaski : le chef de l’Etat appelle ‘’à prier pour un Sénégal de paix’’

Dakar, 13 juin (APS) – Le président de la République, Bassirou Diomaye Faye, a appelé merc…