Kédougou, 10 mai (APS) – La Fondation Konrad Adenauer, par le biais de son projet dénommé Sen Résilience, compte lancer “un vaste programme de sensibilisation sur les menaces sécuritaires extérieurs et intérieurs dans la région de Kédougou”, en misant sur le renforcement de la cohésion sociale, a-t-on appris mercredi d’un des responsables de l’organisation allemande.

Ce programme sera conduit de concert avec le Centre des hautes études de défense et de sécurité (CHEDS) de Dakar, a précisé Nestor Bianquinch, coordonnateur de Sen Résilience (Renforcement de la résilience des populations et acteurs de la région de Kédougou face aux menaces de l’extrémisme violent).

Il s’exprimait au cours d’un comité de développement départemental qui s’est tenu à Kédougou, sous la présidence de Papa Abdoulaye Mbaye, un des adjoints du préfet de Kédougou, en présence de représentants des forces de défense et de sécurité, d’autorités religieuses et de membres de la société civile.

La Fondation Konrad Adenauer va également s’appuyer sur le Mouvement contre les armées légères en Afrique de l’Ouest (MALAO) pour la mise en œuvre de ce projet, ainsi que sur l’Union nationale des initiatives kédovines et solidaires (UNIKS).

Le comité de développement départemental organisé à ce sujet vise à “partager les objectifs généraux du projet et les activités de sensibilisation prévues dans les dix-neuf communes, selon Nestor Bianquinch.

Il a rappelé que le projet Sen Sécurité ambitionne de contribuer à la prévention de l’insécurité “par le renforcement d’un climat de confiance entre les institutions étatiques et la population locale, mais aussi par la formation professionnelle et l’implication des habitants de la région dans le développement local”.

Pour ce faire, le projet compte tirer profit des connaissances des acteurs des collectivités territoriales, de l’administration publique, des associations religieuses, mais aussi des médias, en matière de formation et de sensibilisation.

Le projet Sen Résilience va dans le même temps “proposer des initiatives économiques aux jeunes et aux femmes de la région de Kédougou”.

“Nous allons développer des actions et outils nécessaires aux communautés dans les domaines social, culturel et économique, en vue d’un développement individuel et communautaire”, a précisé Nestor Bianquinch.

Il a invité les jeunes et les femmes de la région de Kédougou à “un changement de comportement social pour lutter contre l’extrémisme violent, l’usage des explosifs dans les sites d’orpaillage et d’exploitation de l’or et le trafic d’êtres humains”.

L’adjoint au préfet Papa Abdoulaye Mbaye a salué cette initiative qui devrait selon lui faciliter “une meilleure sécurisation de la zone frontalière” avec le Mali et la Guinée Conakry.

Il a demandé aux collectivités territoriales, aux jeunes et aux femmes, ainsi qu’aux autorités religieuses et aux notables de “bien collaborer avec les forces de défense et de sécurité pour mieux dénoncer les menaces sécuritaires dans la région de Kédougou”.

PID/BK/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans REGIONS

Voir aussi...

SENEGAL-ALLEMAGNE-COMMERCE / Médina Baye : un objectif de 2000 cantines visé par un programme de modernisation des sites de commerce

Kaolack, 3 mars (APS) – Un programme de modernisation des sites de commerce de Médina Baye…