Dakar, 27 juil (APS) – Les quotidiens parvenus jeudi à l’APS, comme l’on pouvait si attendre, sont largement revenus sur l’accident mortel survenu la veille dans la région de Louga (nord-ouest), où un bus de transport a fini dans le décor, à hauteur du village de Makka Bra Guèye, ce qui a provoqué la mort d’une vingtaine de passagers.

“Dérapage fatal”, titre Le Soleil au sujet de cet accident qui a fait 24 morts et 52 blessés, dont 43 graves. ”Sous l’effet du vent et de la pluie, écrit-il, le chauffeur a perdu le contrôle du véhicule lourdement chargé qui a fini dans le décor, à hauteur du village de Makka Bra Guèye”.

Selon Le Soleil, le bus en question venait du village de Dioudé Diabé, dans la commune de Méri située dans le département de Podor, dans cette partie septentrionale du Sénégal.

“Décédé dans l’accident en même temps que son apprenti, le chauffeur a perdu le contrôle du bus alors qu’il roulait à vive allure sous la pluie”, rapporte Libération, qui ajoute que ”le véhicule a violemment heurté un arbre avant de faire des tonneaux”. “Terrible !”, s’exclame ce journal. ”Un vrai drame humanitaire !”, renchérit le journal Le Quotidien, qui parle de Louga, comme d’un “cimetière de voyageurs”, en allusion à la récurrence des accidents de la route sur cet axe du pays.

Mais surtout, Le Quotidien note ce qui suit : “On n’a pas encore fini de pleurer la disparition de 16 personnes suite au chavirement d’une pirogue à Ouakam [Dakar], qu’on annonce [ce] violent accident de la route […]”.

“Retour des vieux démons”, déplore Sud Quotidien. Ce journal précise que 22 des 24 victimes enregistrées dans cet accident ont perdu la vie sur le coup. “Carnage sans fin sur les routes”, relève Walfquotidien, à la limite du dépit.

Le même quotidien signale que les localités de Saldé et Cas-Cas, dans le Podor, sont “les plus endeuillées”. “Bus à vitesse mortelle”, souligne à sa une le quotidien L’Observateur, lequel insiste sur “les cris des enfants et l’insoutenable choc des rescapés”. Il précise aussi que le bus avait quitté la ville de Thioubabel-Lao dans le département de Podor à destination de Dakar.

“Pour 60 places”, ce véhicule “transportait 75 personnes”, indique le quotidien L’As. Enquête met en exergue des propos du ministre de l’Intérieur, qui laissent entendre que le bus était surchargé. “Le cumul des morts et des blessés dépasse de loin le nombre fixé sur la carte grise du véhicule”, relève Antoine Diome.

Tribune, très explicite, pointe la surcharge et l’excès de vitesse, qui sont la cause de cet accident. Le journal s’interroge tout en relayant les interrogations sur les mesures prises lors de l’accident de Sikilo qui avait fait 40 morts, en janvier dernier, dans la région de Kaffrine (centre).

”Chassez le naturel… Ignorance, impolitesse, manque d’éducation, mais aussi course au gain facile, les chauffards continuent de semer la mort sur les routes. C’est par des dizaines que des citoyens sont sacrifiés sous l’autel d’une course effrénée pour des bénéfices et gains journaliers”, commente le quotidien Kritik’.

“Fatalisme coupable”, s’émeut L’Info. “Un énième drame de la circulation après celui de Sikilo et de Sakal qui se sont révélés beaucoup plus meurtriers et qui avaient poussé les autorités à prendre 23 mesures que le gouvernement peine jusque-là à appliquer dans toute leur rigueur”.

L’Info ajoute : “Un laxisme débordant ou plutôt un fatalisme coupable qui continue de sévir, en attendant le prochain drame”. “La série noire se poursuit sur les routes du Sénégal”, poursuit Bès Bi Le Jour, qui titre : “Surcharge de morts”.

BK

 

 

 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-GOUVERNEMENT-ADMINISTRATION / Bassirou Diomaye Faye insiste sur les principes du ”Jub, Jubal, Jubanti” afin de bâtir une Administration performante

Dakar, 17 avr (APS) – Le président de la République, Bassirou Diomaye Faye, a insist…