Dakar, 14 nov (APS) – La presse quotidienne s’est intéressée à la décision du gouvernement d’investir 600 milliards de francs CFA dans la région de Kédougou (sud-est) au cours des prochaines années et à la prestation de serment des nouveaux membres de la Commission électorale nationale autonome (CENA).

La promesse d’investir 600 milliards dans cette région a été faite à ses habitants lors d’un conseil présidentiel, à l’occasion de la visite que le président de la République y effectue.

Une partie de ce budget sera dédiée à la lutte contre la migration irrégulière, selon EnQuête.

‘’Il faut 200 milliards de francs CFA pour arrêter cette hémorragie causée par l’émigration irrégulière, qui ne nous vaut que des morts’’, note le même journal en citant Macky Sall.

‘’Il faut un programme spécial pour lutter contre l’émigration irrégulière’’, lit-on dans L’info. Il cite le chef de l’État.

Quinze mesures ont été prises pour la matérialisation de la promesse faite à la région de Kédougou, selon Vox Populi. Il énumère les mesures, dont deux vont consister à ‘’renforcer le maillage sécuritaire’’ et à ‘’accélérer le désenclavement intégral de la région en infrastructures routières et en pistes de production’’.

‘’Érigée en région en 2008, Kédougou était considérée par les mauvaises langues comme un gros village. Si cette étiquette est quelque peu exagérée, elle n’était pas loin de la vérité, car la localité manquait vraiment presque de tout en termes d’infrastructures sociales et économiques de base. Les efforts de l’État ont largement contribué à lustrer [son] visage’’, écrit Le Soleil.

Des ‘’violations manifestes de la loi’’

Selon le même journal, le niveau d’exécution des engagements pris par l’État en termes d’investissements pour cette région en 2014 est de 223 %.

Les quotidiens relayent les assurances données par le nouveau président de la CENA, Abdoulaye Sylla, concernant les outils de collecte de parrainages que la Direction générale des élections (DGE) refuse de mettre à la disposition du mandataire de l’opposant Ousmane Sonko.

‘’On consultera les dossiers pour appliquer ce que la loi prévoit’’, rapporte Vox Populi en citant M. Sylla.

Ses 11 collaborateurs et lui-même ont été nommés après que leurs prédécesseurs ont demandé à la DGE de remettre au mandataire de M. Sonko les outils avec lesquels il va collecter les parrainages en vue de sa candidature à l’élection présidentielle de 2024.

‘’Le nouveau président de la CENA annonce que lui et ses collègues vont examiner ce dossier en assemblée générale’’, rapporte Le Quotidien.

‘’Jamais la nomination de membres d’une institution n’a engendré autant de suspicions. Même à la veille de leur prestation de serment, les récriminations continuaient’’, note Bés Bi Le Jour en faisant allusion au tollé consécutif à la désignation des 12 nouveaux membres de la Commission électorale nationale autonome.

Un collectif d’organisations de la société civile, constatant des ‘’violations manifestes de la loi’’ dans le décret de nomination des nouveaux membres de la CENA, demande au président de la République, dans une déclaration, de le retirer et de le remplacer par un autre, qui soit ‘’conforme à nos lois et règlements’’.

‘’Climat de méfiance et de défiance autour de la CENA’’, titre EnQuête. ‘’Le choix d’une nouvelle équipe pour la CENA ne semble pas convaincre la société civile et l’opposition, qui dénoncent une violation de la loi électorale’’, observe-t-il, estimant que la commission électorale, ‘’en quête de crédibilité, doit surmonter les nombreux obstacles liés à la méfiance d’une grande partie des acteurs politiques’’.

‘’Le Premier ministre peine toujours à incarner la posture d’un candidat rassembleur’’

Méfiance. Selon L’As, Amadou Ba devrait avoir la même attitude envers ses ‘’faux frères’’ de l’APR, le parti politique qui, avec ses alliés, l’a désigné candidat à l’élection présidentielle. Le candidat de la majorité présidentielle ‘’fait face à plusieurs fronts […] Ce qui est surprenant, c’est ce que ce sont des membres de sa propre coalition qui posent le plus grand nombre d’obstacles’’ sur son chemin, signale-t-il.

‘’Candidat choisi et imposé par le président Macky Sall pour maintenir la coalition Benno Bokk Yaakaar au pouvoir, Amadou Ba est loin de faire l’unanimité’’, écrit L’Observateur.

‘’Amadou Ba à l’épreuve de l’APR’’, mentionne Sud Quotidien sur sa une, ajoutant que ‘’le Premier ministre peine toujours à incarner la posture d’un candidat rassembleur’’.

L’APR, qui l’a désigné candidat, est le ‘’premier adversaire d’Amadou Ba’’, selon WalfQuotidien. ‘’La camaraderie n’est plus de mise à Benno Bokk Yaakaar […] Le Premier ministre et candidat est la cible de ses camarades de parti’’, ajoute-t-il.

Record annonce que les Lions du Sénégal ont tenu leur premier rassemblement, lundi, à Diamniadio (ouest), pour les préparatifs du match à jouer contre le Soudan du Sud, dans le cadre de la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde de football 2026.

‘’Quatorze Lions ont effectué le premier galop’’, affirme-t-il. Nampalys Mendy et Krépin Diatta pourraient déclarer forfait, selon Stades.

ESF/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-TRANSPORT / El Hadji Malick Ndiaye remet les clefs de 500 taxis à gaz à 20 GIE

Thiès, 13 juin (APS) – Le ministre des Infrastructures et des Transports terrestres …