Dakar, 27 sept (APS) – Les quotidiens reçus mercredi à l’APS sont plongés dans la ferveur du gamou, l’évènement religieux commémorant la naissance du Prophète de l’Islam Mohamed (PSL).

‘’Sur les traces du Prophète !’’, s’exclame à la Une Sud Quotidien.

‘’La communauté musulmane célèbre dans la nuit de ce mercredi 27 septembre au jeudi 28 septembre, le Mawlid al nabi ou l’anniversaire de la nuit de naissance du Prophète Mohamed (PSL) l’Elu, le Sauveur et le Porteur d’un message universel. Communément appelé Gamou, le Mawlid al Nabi aura un cachet particulier dans la cité religieuse de Tivaouane qui accueille depuis quelques jours un flot continue de pèlerins venus de tous les horizons’’, écrit le journal.

Il souligne qu’’’après la clôture de la récitation des dix chapitres Burd et la journée de pause de ce mardi, la cité bénie d’El Hadji Maodo Malick Sy, la communauté musulmane et principalement la cité religieuse de Tivaouane vont, le temps d’une nuit, vivre pleinement la spiritualité’’.

‘’Pour son amour du Prophète (Psl), El Hadji Maodo Malick Sy (1855-1922), grand propagateur de la voie soufie Tidjane au Sénégal, a institué le Gamou en 1902, quelques années après son installation dans la cité Lumière. A travers son fameux appel, il a invité ses coreligionnaires à célébrer la Nuit de l’anniversaire de la naissance du Prophète Mouhamed car, proclamait-il, dans cette commémoration se trouvent bénédiction, baraka et solution de tous les maux qui assaillent l’humain’’, rappelle Sud Quotidien.

‘’Foyers de ferveur’’, titre Le Quotidien, parlant d’une ‘’forte affluence dans les cités religieuses’’ .

‘’Comme les éditions précédentes, prières et louanges dédiées au Sceau des Prophètes (Psl) rythment déjà l’actualité dans les foyers religieux, qui commencent à connaître de fortes affluences de fidèles venus des quatre coins du pays, de la sous-région et d’ailleurs, pour la célébration de la naissance du Prophète Muhammad (Psl), Mawlid al Naby 2023’’, écrit le journal.

Il ajoute : ‘’’Au niveau de certains sanctuaires de l’islam comme Thiénaba Seck, foyer religieux fondé par le Cheikh Amary Ndack Seck, en passant par le village de Ndiassane, capitale spirituelle de la Qadiriyya (une confrérie soufie au Sénégal), haut lieu de pèlerinage fondé entre 1883 et 1884 par le Cheikh Bouh Kounta, également à Keur Mame El-Hadji, +La-Pieuse+, fondée par Mame El-Hadji Ahmadou Barro Ndièguène, l’événement religieux, marqué par la Wazifa, la lecture du Saint Coran, le recueillement auprès des mausolées des vénérés Cheikhs des familles respectives, des causeries religieuses axées sur la vie et l’œuvre du Prophète Muhammad (Psl), se prépare intensément’’.

‘’Fidèles à une tradition bien établie, nombre de foyers religieux d’anticiper, déjà, avec des soirées de Burd, à l’occasion desquelles des prières sont formulées pour la paix, la stabilité au Sénégal, mais aussi pour la santé des guides religieux du pays’’, souligne la publication.

A l’origine de la célébration du gamou, ‘’un projet de revivification de la pratique religieuse’’, rappelle EnQuête. ‘’Ce projet de Maodo Malick Sy se déclinait en quatre points : enseigner et fonder des daaras (écoles coraniques), bâtir des mosquées, avoir un champ pour travailler la terre et gagner sa vie, mais aussi avoir un lieu où il pourrait réunir les fidèles croyants annuellement’’, explique le journal.

Le Soleil met également en exergue la figure d’El Hadji Malick Sy, avec comme titre : ‘’Maodo dans sa pluralité’’.

‘’La personnalité d’El Hadj Malick est incontournable dès lors qu’il s’agit de la Tijâniyya au Sénégal, d’abord en pays wolof, puis au-delà. Il a contribué de manière considérable à la propagation de la confrérie à l’intérieur du Sénégal. Si El Hadj Omar Tall est l’apôtre de la Tijâniyya dans la sous-région ouest- africaine, El Hadj Malick, lui, a été pour beaucoup dans sa vulgarisation à l’intérieur du Sénégal dans les contrées les plus inattendues’’, souligne dans le journal le chercheur et islamologue, Dr Bakary Samb.

Sous le titre ‘’Maodo, le stratége’’, le quotidien Bes Bi explique ‘’comment El Hadji Malick Sy a déjoué les plans du colonisateur pour propager la tidianiya’’

”Les qualificatifs sont nombreux pour décrire l’homme par qui le Maouloud a connu une telle ampleur. El Hadji Malick Sy le réformateur, le stratège, l’érudit… a su inculquer, imposer la tidjaniyya et l’islam en dépit de l’hostilité du colonisateur’’, écrit le journal.

OID/AKS/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-DIVERS / Forail de Dahra Djioloff : un gendarme poignardé par un voleur présumé

Linguère, 19 mai (APS) – Un gendarme a été poignardé à deux reprises par un voleur p…