Dakar, 10 mai (APS) – La sortie de piste d’un avion de Transair affrété par Air Sénégal à l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass et les directives du chef de l’Etat, Bassirou Diomaye Faye, lors du Conseil des ministres de mercredi dernier,  pour préserver les ressources halieutiques, sont largement commentées par les quotidiens reçus vendredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).

Le vol HC301 d’Air Sénégal opéré par Transair a fait une sortie de piste au décollage de l’aéroport AIBD suite à une accélération arrêt, le jeudi 09 mai 2024 à 01h14.

Ce vol, à destination de Bamako, avait à son bord 85 personnes dont 79 passagers, 2 pilotes et 4 membres du personnel navigant cabine, indique un communiqué du ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et aériens.

‘’Le Sénégal frôle la catastrophe’’, affiche L’Info. Le journal souligne que ”le Boeing 737-300 de Transair, effectuant le vol HC 301 d’Air Sénégal, à destination de Bamako au Mali, a fait une sortie de piste, l’un des moteurs en flamme”.

‘’Sur les 78 passagers à bord, 11 sont blessés dont 4 grièvement, parmi ces derniers, un des pilotes”, précise la publication, ajoutant que ”l’AIBD a par la suite été fermé pendant plusieurs heures, avec des vols retardés et d’autres déroutés sur Banjul (Gambie) et Bissau (Guinée Bissau)”.

La publication annonce qu”’un comité de crise a été mis en branle et le Bureau d’enquête et d’analyse (BEA) a ouvert une enquête pour déterminer les causes de l’accident’’.

”Le pire frôlé à l’AIBD”, titre le Soleil, qui rapporte que ”la sortie de piste d’un avion de la compagnie Transair a fait hier, à l’aéroport  international Blaise Diagne de Diass, 11 blessés dont 4 graves”. Le trafic de l’AIBD ”bloqué pendant des heures, a repris”, note le quotidien national.

”Grosse panique à l’AIBD, un drame humain évité de peu”, affiche pour sa part Les Echos. ”Plus de peur que de mal hier à l’AIBD. L’aéronef de type B737/300 affrété par Air Sénégal auprès de la compagnie Transair, s’est immobilisé en dehors du seuil 19 de la piste”, précise le journal. ”Une panne hydraulique serait à l’origine de l’incident”, écrit le journal.

‘’Le bureau d’enquête et d’analyse (BEA) [est] chargé d’enquêter pour déterminer les causes de l’accident. Tous les blessés sortis, seul le copilote est encore à l’hôpital à cause d’une fracture”,  signale-t-il.

”Grosse frayeur !” à l’AIBD, s’exclame Le Quotidien. Selon ce journal, ”le vol HC 301, affrété par Air Sénégal auprès de la compagnie Transair, s’est immobilisé en dehors du seuil 19 de la piste. L’incident, qui s’est produit hier vers 1 h du matin, a fait 11 blessés dont 4 graves, parmi lesquels le pilote”.

”Nuit de panique à l’AIBD : 1O blessés dans l’accident d’un Boeing 737”, affiche à sa Une Vox Populi. La publication renseigne que ”l’appareil, un Boeing 737- 300 immatriculé (…), acquis en 1994 par la compagnie nationale roumaine Tarom, (…) est âgé de 30 ans”.

 “Sortie de piste d’un avion de Transair loué par Air Sénégal : grosse frayeur à l’AIBD”, titre Libération, tandis que Bés Bi écrit que ”ce jeudi vers les coups d’une heure du matin, c’était la panique à l’aéroport Blaise Diagne de Diass”.

‘’Un appareil de la compagnie Transair a pris feu lors de son décollage. (…). L’aéroport qui était fermé a cependant été rouvert’’, ajoute la publication. ‘’Panique à bord !’’,  s’exclame à sa Une le journal.

Source A est revenu sur ‘’le film d’un cauchemar’’. ‘’Après une première tentative infructueuse, l’avion a raté son deuxième décollage, s’élevant de juste quelques millimètres avant de faire une sortie de piste’’, explique le journal.

Le choix de l’avion de Transair s’explique ”parce que l’avion d’Air Sénégal qui devait effectuer le vol a eu un retard que le Boeing de Transair a été affrété à la dernière minute. Transair, le pompier de service, a effectué l’essentiel des vols d’Air Sénégal ces 4 derniers mois dans la sous-région’’, signale la publication.

WalfQuotidien tente d’expliquer ‘’les raisons de l’accident’’, lequel serait, dit-il, dû à ”une panne hydraulique lors de la phase d’accélération (…)”.

Les quotidiens s’intéressent également aux mesures prises mercredi dernier en Conseil des ministres par le président de la République, Bassirou Diomaye Faye, pour préserver les ressources halieutiques et relancer la pêche artisanale.  

‘’A l’occasion du dernier Conseil des ministres qui s’est tenu avant-hier, le président de la République a demandé à son gouvernement de travailler sur la révision du Code de la pêche maritime afin de garantir la transparence et la survie du secteur fortement sinistré. Il a aussi réclamé l’audit du pavillon sénégalais et l’évaluation des accords de pêche dans le  but de préserver les ressources halieutiques”, rapporte EnQuête.

‘’Diomaye audite tout’’, titre le journal. ”Diomaye prend le +poisson+ par la tête’’, affiche de son côté L’As. Le journal mentionne que le ”chef de l’Etat a appelé avant-hier en Conseil des ministres, à la révision du Code de la pêche maritime et à son application rigoureuse”.   

‘’Le président de la République a en outre demandé l’audit du pavillon sénégalais et l’évaluation des accords et licences de pêche’’, note le quotidien.

”Sauvegarde des ressources halieutiques et pêcheries artisanales : l’Etat force le passage’’, titre Sud Quotidien.

Le journal rapporte que ”le nouveau président de la République, Bassirou Diomaye Faye est déterminé à assurer la transparence dans la gestion des ressources halieutiques au Sénégal. Après la publication de la liste des navires autorisés à pêcher dans les eaux sénégalaises, une vielle revendication des acteurs de la pêche, il a donné des directives fermes à son gouvernement”.

”Il s’agit entre autres de la révision du Code de la pêche maritime et de son application rigoureuse, de l’audit du pavillon sénégalais et de l’évaluation des accords et licences de pêche’’, écrit la publication.

AB/ASB/ASG 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-JUSTICE / Les actions de la CPI ne visent pas que les Etats vulnérables (Procureur adjoint)

Diamniadio, 28 mai (APS) – Les mandats d’arrêts internationaux émis par la Cour péna…