Bakel, 14 jan (APS) – Le projet ‘’Cadastre et sécurisation foncière’’ (Procasef) a tenu, samedi, à Bakel, un atelier de mobilisation des parties prenantes de la grappe du Boundou, pour recueillir leurs avis et perceptions sur le processus de sécurisation foncière dans la zone.

Ce projet d’enregistrement des droits collectifs et de sécurisation foncière concerne les communes de Moudéry, Gabou et Ballou, dans le département de Bakel.

“Nous avons discuté des droits collectifs avec la modification du décret 12-88 et le nouveau décret qui a été initié pour l’enregistrement des droits collectifs. (…)’’, a déclaré Fatima Daffé, responsable sauvegarde sociale et genre du Procasef.

L’atelier a aussi permis d’évoquer ‘’la démarche systématique de sécurisation foncière ou d’enregistrement des droits”, a-t-elle signalé.

Il a été présidé par le sous-préfet de l’arrondissement de Moudéry, Pape Dieng, et a vu la présence des maires, chefs de village et agents fonciers des communes concernées par le projet.

“Ce qui se faisait, c’étaient des délibérations à la demande (…). Il est nécessaire de partir vers une démarche systématique”, a suggéré Fatimata Daffé.

Elle a rappelé l’importance de sensibiliser les communautés et d’avoir leurs retours d’information sur les contraintes qui pourraient survenir lors des opérations de sécurisation foncière. 

Selon elle, un système d’information communal et d’enregistrement des droits fonciers sera mis en place.

Elle a indiqué qu’il sera procédé à un inventaire des droits, et des titres d’affection seront octroyés aux différents ayant droits sur les occupations aussi bien agricoles que résidentiels.

D’après Abdoulaye Sambou de l’unité régionale de mise en œuvre du Procasef de la grappe du Boundou, pour l’enregistrement systématique des droits fonciers, “une cartographie exhaustive de la commune sera faite en amont’’. Le but est de ‘’permettra’’ à la commune de ‘’disposer d’informations foncières précises et de données foncières’’.

A terme, cela va ‘’’aider à la gestion foncière au niveau communal”, a-t-il dit.

Le sous-préfet de l’arrondissement de Moudéry, Pape Dieng, a invité les collectivités territoriales, avec l’appui du Procasef, à tenir des ateliers au niveau des localités pour une démultiplication de l’information.

“Il leur appartient à chacun, en ce qui le concerne, à son retour dans sa collectivité, de pouvoir démultiplier toutes les informations reçues ici”, a-t-il lancé.

AND/ASG

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-PECHE / Fatick : la SIRN veut financer la construction d’une centaine de pirogues en fibre de verre

Djiffer (Fatick), 21 fév (APS) – La Société des infrastructures de réparation navale…