Diamniadio, 7 fév (APS) – Les banques centrales, malgré l’intérêt qu’elles doivent manifester pour l’impact du changement climatique, ne doivent pas perdre de vue leur mission principale consistant à contribuer à la stabilité financière, a soutenu le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Jean-Claude Kassi Brou.

“S’intéresser à l’impact du changement climatique sur la politique de la stabilité financière ne peut pas et ne doit pas remettre en cause les objectifs et les missions des banques centrales”, a-t-il dit, mardi, à Diamniadio (environ 30 km à l’est de Dakar), à l’ouverture d’une conférence internationale sur le rôle des banques centrales dans les politiques d’adaptation au changement climatique.

La rencontre est organisée par la BCEAO.

“Les objectifs de stabilité financière restent et doivent rester la priorité d’action des banques centrales”, a insisté M. Brou, selon lequel les banques centrales doivent continuer à “mettre en œuvre des mesures tenant compte des impacts du changement climatique sur le risque de stabilité financière sans préjudice” de leur mission principale.

Pour Jean-Claude Kassi Brou, cette posture est “essentielle même pour pouvoir atteindre les objectifs fixés en matière de prise en compte des effets des changements climatiques”.

Il a appelé à “une coordination et à une collaboration très fortes” des banques centrales sur la question du changement climatique. “C’est absolument nécessaire et fondamental parce qu’il s’agit d’une question qui touche toute la planète”, a-t-il dit.

Le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest a aussi préconisé le renforcement des connaissances sur le changement climatique. Cela devrait permettre, selon lui, d’avoir une base de données avec laquelle “mieux apprécier les risques à travers des analyses beaucoup plus approfondies”.

Jean-Claude Kassi Brou considère qu’une telle démarche aiderait les banques centrales à “mieux définir leurs modalités d’intervention”.

“C’est une activité que les banques centrales doivent mener pour faciliter la définition des politiques”, a-t-il expliqué en ajoutant que les banques centrales veulent arriver à “une réglementation permettant d’avoir un impact positif sur la question des effets climatiques”.

CS/BK/ADL/ESF 

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE-MINES / Conflits miniers à Kanel : la SOMIVA invitée à améliorer sa communication avec les populations

Matam, 4 mars (APS) – Le gouverneur de Matam (nord), Mouhamadou Moctar Watt, a invit…