Dakar, 16 mai (APS) – Les institutions parlementaires du Sénégal et du Cap Vert devraient travailler à impulser une nouvelle dynamique de coopération touchant plusieurs domaines, ont souhaité jeudi à Dakar les présidents des Assemblées nationales des deux pays.

“Nous devrions, tout en préservant les importants acquis, ouvrir de nouvelles perspectives pour la redynamisation des relations entre nos deux institutions”, a ainsi déclaré Amadou Mame Diop, le président de l’Assemblée nationale du Sénégal.

Intervenant au sortir d’une séance de travail avec son homologue du Cap Vert, en visite de travail au Sénégal, M. Diop a salué la convergence de vues sur l’importance de la coopération parlementaire à l’échelle régionale, continentale et internationale.

Il a de nouveau magnifié l’exemplarité de la coopération parlementaire entre le Sénégal et la Cap Vert en estimant qu’elle était adossée à la vitalité de la démocratie dans ces deux pays qui en font des références en Afrique et dans le monde.

Le président de l’Assemblée nationale du Sénégal a rappelé pour le saluer la signature lors de sa visite au Cap Vert au mois de juillet, d’un protocole d’accord et de coopération, le ‘’reflet fidèle de cette dynamique interparlementaire”. Il n’a pas manqué de la magnifié la mise en place du Groupe d’Amitié sénégalo-cabo verdien.

M. Diop dit être convaincu qu’en raison de “sa diversité politique et des compétences qui le composent contribuera, sans nul doute, à l’intensification des visites de travail régulière entre les membres de les deux Assemblées”.

Il a souligné la nécessité de mettre l’accent sur “le relèvement et la permanence” du niveau des échanges et de partenariat entre les deux parlements.

“Cela devrait, sans nul doute hisser notre coopération parlementaire au diapason des relations exemplaires qu’entretiennent nos deux pays aux plans politique, économique, commercial, social, culturel et sportif”, a-t-il martelé.

Pour ce faire, les deux institutions devraient “donner une impulsion politique en vue de favoriser une plus grande fluidité des échanges commerciaux, d’accroître les vols et d’établir une liaison maritime”, a préconisé Amadou Mame Diop.

Il a ainsi jugé opportun pour les deux institutions “de conjuguer les efforts dans la lutte contre l’érosion côtière que subissent les deux pays et contre la délinquance maritime, l’émigration clandestine, et les trafics de tout genre.

Autelino Tavares Correia a, pour sa part, estimé que le Sénégal et le Cap-Vert devaient s’adosser sur les nombreuses valeurs civilisationnelles qu’ils ont en commun pour construire une coopération solide.

Il estime que les représentations parlementaires doivent jouer un rôle de premier plan pour développer et diversifier les relations de coopération et d’amitié entre les peuples du Sénégal et du Cap-Vert.

M. Correia considère que les deux peuples doivent intensifier leur coopération à travers “des échanges culturels, sportifs, académiques, de jeunes, artistiques, commerciaux et d’affaires, avec des actions qui peuvent promouvoir et intensifier les contacts et les échanges entre les citoyens et les organisations socioprofessionnelles des deux pays”.

FD/AKS/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-ECONOMIE / Ziguinchor : une table ronde sur les obstacles à l’accès des jeunes à la terre

Ziguinchor, 24 mai (APS) – Une table ronde sur les défis auxquels sont confrontés le…