Dakar, 6 déc (APS) – Les quotidiens parvenus mercredi à l’Agence de presse sénégalaise traitent de sujets ayant trait, entre autres, à l’économie et à la politique.

Le Soleil a choisi de mettre en exergue le processus d’industrialisation du Sénégal en rendant compte de l’inauguration par le président Macky Sall de la deuxième phase de la Plateforme industrielle de Diamniadio.

Le journal évoque ‘’un pas de plus’’ pour l’industrialisation du Sénégal à travers l’avènement de cette infrastructure érigée dans la Nouvelle ville de Diamniadio pour un coût de 60 milliards de francs Cfa.

‘’Batie sur 40 hectares comprenant, entre autres commodités, 17 hangars, 17 restaurants, une cité pouvant accueillir 1.400 personnes, un entrepôt de 1.800 m2, un terrain omnisport, des aires de jeux et de loisirs et un bâtiment administratif, la 2e phase de la plateforme industrielle de Diamniadio devrait contribuer à améliorer les capacités productives du Sénégal’’, explique la publication dans ses colonnes.

‘’Cette plateforme industrielle s’inscrit harmonieusement dans la mise en œuvre du programme d’industrialisation de notre pays, conformément à l’axe1 du Plan Sénégal émergent dédié à la transformation structurelle de notre économie’’, a commenté le chef de l’Etat dans des propos rapportés par le quotidien L’AS.

Selon le journal, le président de la République a profité de l’inauguration de cette infrastructure pour appeler à une densification du tissu économique du pays en tenant compte du contexte d’exploitation de ses ressources minières, gazières et pétrolières.

Ces acquis et réalisations du PSE ne convainquent pas pour autant tous les spécialistes, à l’image d’Ibrahima Sarr, inspecteur du Trésor et ancien ministre en charge du Budget.

‘’Le Plan Sénégal émergent a manqué d’articulation entre la vision, les programmes, les projets et les actions’’, a-t-il soutenu dans des propos rapportés par Sud Quotidien.

L’ancien membre du gouvernement sous le magistère du président Abdoulaye Wade y déclare notamment que le PSE, quoique bon référentiel de politique économique et sociale, souffre de l’absence d’un système national de planification devant permettre une bonne articulation entre la vision, les programmes, les projets et les actions.

D’autres quotidiens ont choisi de mettre en avant l’actualité politico-judiciaire en s’intéressant particulièrement à l’annonce de la date de l’audience au Tribunal hors classe de Dakar au sujet de l’inscription de l’opposant Ousmane Sonko sur les listes électorales.

‘’Ousmane Sonko fixé sur son sort le 12 décembre prochain’’, indique ainsi en Une le journal Les Echos. D’après la publication, le président du Tribunal d’instance hors classe de Dakar, chargé par la Cour suprême le 17 novembre dernier de vider l’affaire, va trancher l’affaire de la radiation d’Ousmane Sonko des listes électorales.

‘’Si toutes les conditions sont réunies le jour-j, le leader du parti Pastef dissout, aura une réponse sur ses chances de se présenter à l’élection présidentielle’’, croit savoir le journal.

Après Ziguinhor, Sonko joue l’autre partie de cartes le 12 décembre à travers une audience spéciale au Palais de justice Lat Dior, résume de son côté Vox Populi.

La Cour suprême a cassé et annulé le 17 novembre dernier la décision du tribunal de grande instance de Ziguinchor (sud) ordonnant la réintégration d’Ousmane Sonko dans le fichier électoral et confié le dossier au tribunal hors classe de Dakar

Le tribunal de Ziguinchor, saisi par les avocats d’Ousmane Sonko, avait jugé illégale la radiation de l’opposant du fichier électoral, l’avait annulée et avait ordonné sa réintégration. Cette radiation de l’opposant l’empêche d’être candidat à l’élection présidentielle.

La Direction générale des élections (DGE), invoquant sa radiation du fichier électoral, à la suite d’une condamnation en justice refuse de délivrer au mandataire de l’opposant les outils nécessaires à la collecte des parrains pour sa candidature.

Pendant ce temps l’ancien Premier ministre, Aminata Touré, candidat déclaré à l’élection présidentielle de février 2024, ‘’liste ses priorités’’ et anticipe les résultats du candidat de la mouvance présidentielle dans une interview publiée par Walf Quotidien.

Elle soutient notamment que le candidat désigné par le pouvoir, le Premier ministre Amadou Ba n’ira pas au second tour de la présidentielle.

‘’Il sera sanctionné par le vote populaire parce qu’il a des problèmes dans son parti et les Sénégalais veulent se débarrasser de Macky Sall alors qu’Amadou Ba s’est engagé à poursuivre son programme’’, affirme Aminata Touré dans les colonnes du journal.

AKS

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-JAPON-EDUCATION / Un don de quarante-six millions pour la réhabilitation de l’école élémentaire Pikine 17

Dakar, 4 mars (APS) – L’ambassadeur du Japon au Sénégal, Izawa Osamu a signé, lundi, avec …