Thiès, 5 juin (APS) – Le Sénégal ne dispose pas encore d’un document de référence ni d’un budget dédiés à l’éducation inclusive, qui prend en charge les enfants à besoins spéciaux ou vivant avec un handicap, a signalé, mercredi, à Thiès (ouest), le médiateur pédagogique Moustapha Ndao.

Cette forme d’éducation reste le “ventre mou” du ministère de l’Éducation nationale, selon M. Ndao, qui est membre de l’équipe chargée de l’éducation inclusive à la direction de l’enseignement élémentaire.

Des programmes sont enseignés dans le pays avec l’aide d’organisations non gouvernementales et l’autorisation des pouvoirs publics sénégalais, mais sans l’existence d’un cadre élaboré par ces derniers, a-t-il observé lors d’un atelier organisé par la direction de l’enseignement élémentaire et Sightsavers, une organisation de défense des droits des personnes atteintes de déficiences visuelles.

“L’élaboration du document est sur la bonne voie”, a assuré Moustapha Ndao lors de cet atelier de la direction de l’enseignement élémentaire, précisant qu’il reste à “finaliser” et à “valider” par les autorités.

Cependant, un projet d’éducation inclusive a été mis en œuvre de 2011 à 2022, a-t-il rappelé.

Le ministère de l’Éducation nationale est en train de procéder à une “capitalisation” des résultats dudit projet, dans le but d’élaborer des stratégies et de préparer le financement d’une réelle politique d’éducation inclusive, selon le médiateur pédagogique.

Le document de référence est en train d’être élaboré depuis 2019, a-t-il dit.

M. Ndao assure que “beaucoup d’étapes ont été franchies dans l’élaboration de cette politique d’éducation inclusive, dont le but est de permettre à tous les enfants d’aller à l’école, quel que soit le handicap” qu’ils puissent avoir.

Des participants de l’atelier d’évaluation de la pratique de l’éducation inclusive au Sénégal

“Nous sommes dans une phase très avancée, ce qui nécessite la tenue de quelques ateliers d’information, pour que nous puissions aller définitivement à la finalisation de la feuille de route de l’éducation inclusive”, a expliqué le chef de la division chargée de la planification à la direction de l’enseignement moyen et secondaire général, Ousmane Ndiaye.

Depuis dix ans, le ministère de l’Éducation nationale et Sightsavers déroulent un projet d’éducation inclusive, dans le but d’adapter le système éducatif aux besoins des enfants handicapés, selon M. Ndiaye.

Le document de référence va permettre au ministère de réduire les inégalités et de faciliter l’accès de tous les enfants à une éducation de qualité, a-t-il dit.

Il s’agira d'”éliminer” ou de “lever” les obstacles aux enseignements et apprentissages, le handicap, par exemple, selon le responsable du programme d’éducation inclusive de Sightsavers, Moussa Mbengue.

Il faut adapter l’environnement et les contenus aux besoins des enfants vivant avec un handicap, a précisé M. Mbengue.

Il signale que “c’est une politique coûteuse et transversale, que le ministère de l’Éducation nationale ne peut prendre en charge à lui seul, car il y a la question du transport pour les enfants à mobilité réduite, leur prise en charge sanitaire et d’autres aspects à prendre en compte pour une bonne scolarisation”.

L’atelier d’évaluation de la pratique de l’éducation inclusive au Sénégal est destiné aux journalistes en éducation.

ADL/ESF/BK

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-CULTURE / Kaffrine : le roi du Ndoucoumane intronisé samedi

Kaffrine, 24 juin (APS) – L’actuel roi du Ndoucoumane, Talla Ndiémé Ndao, va ê…