Dakar, 29 mai (APS) – Le registre national unique (RNU), une base de données utilisée dans la politique sociale de l’Etat sénégalais, est à la fois un vecteur d’inclusion sociale et un outil puissant d’aide à la décision, a indiqué, mercredi, le secrétaire général du ministère la famille et des solidarités, El Hadji Ndiogou Diouf.

”Instrument de ciblage des bénéficiaires de programmes sociaux du gouvernement destinés aux populations pauvres et vulnérables, institutionnalisé par décret 2021-1052 du 02 août 2021, le RNU demeure aujourd’hui, un important vecteur d’inclusion sociale et un véritable outil puissant d’aide à la décision”, a-t-il déclaré.

M. Diouf s’exprimait ainsi lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de partage des retours d’expériences des utilisateurs du RNU et de révision de la fiche unifiée d’enquête.

Il a rappelé que la mise en place du RNU découle de la volonté du gouvernement de ”créer une base de données dynamique des ménages pauvres et vulnérables, afin de favoriser l’harmonisation des interventions sociales qui leur sont adressées”.

Selon lui,  ”la pandémie de Covid-19 a suffisamment montré l’importance du registre dans les interventions d’urgence car permettant de déployer avec rapidité et efficacité, l’assistance aux ménages affectés” dans un cadre juridique permettant d’améliorer la coordination de la protection sociale en réduisant la fragmentation des interventions.

Il a ajouté que c’est fort de ce constat que la délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale a entrepris l’extension du RNU à un million de ménages, afin de pouvoir satisfaire au mieux, les besoins d’informations et des données des projets et programmes à vocation sociale.

L’objectif, c’est, au-delà des ménages pauvres, toucher les ménages vulnérables, et faire de la RNU, un outil fiable de coordination et de suivi, pour une bonne exécution des actions de protections sociale’’, a expliqué pour sa part Aminata Sow, déléguée générale à la protection sociale et à la solidarité nationale.

Dans cette perspective, les différents participants vont au cours de cet atelier de deux jours, ‘’passer en revue les acquis et insuffisances du RNU’’, a-t-elle indiqué.

Ils auront aussi à ébaucher des pistes de solutions allant dans le sens l’amélioration de la fiabilité du registre, de son appropriation par les acteurs, du renforcement de la sécurité et de la protection des données, du feed-back lors de l’utilisation des données et de l’interconnexion des systèmes d’informations, selon elle

MK/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-DIPLOMATIE / Les orientations et missions de l’OIF au menu d’échanges entre le président Faye et Louise Mushikiwabo

Dakar, 22 juin (APS) – Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, a …