Dakar, 21 fév (APS) – Le projet Investir dans la santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent (ISMEA) a été exécuté à hauteur de 85 % en fin 2023, a déclaré, mercredi, son coordonnateur, docteur Oumar Sarr.  

‘’Nous avons fait beaucoup d’efforts et nous pensons être à 85 % de taux d’exécution en fin d’année 2023’’, a indiqué Oumar Sarr, à l’occasion de la quatrième réunion d’évaluation du projet au ministère de la Santé et de l’Action sociale.

Le projet ISMEA a pour objectif principal d’améliorer l’utilisation des services essentiels de la santé reproductive, maternelle, néonatale, enfants et adolescents et nutrition (SRMNIA-N) répondant aux normes de qualité dans les régions de Kaffrine, Tambacounda, Kédougou, Kolda, Sédhiou et Ziguinchor.

Docteur Sarr a indiqué que sur les 905 agents à recruter, le projet autorisé par la Banque mondiale en mai 2021, en a recruté 889.

Selon lui, les ressources humaines ont été réparties dans les six régions d’intervention du projet : Kaffrine (159), Kédougou (107),  Kolda (171), Sédhiou (133), Tamba (163) et Ziguinchor (157).

Il a souligné que dans le cadre de la convention avec  l’Agence de la couverture maladie universelle (ANACMU), ”’l’activité phare était de faire quitter les enfants du régime de gratuité qui posait beaucoup de problèmes à un régime d’assurantiel” pour les enrôler dans les mutuelles de santé.

”Nous avons enrôlé tous les enfants âgés de 0 à 5 ans’’ a t-il précisé.

Il  a signalé que ”le même procédé a été appliqué pour les femmes enceintes. Et pour les adolescents aussi c’est un volet d’autonomisation, parce qu’ils constituent une cible très vulnérable”.

Selon Oumar Sarr,  ”une dotation de 41 ambulances a été faite et une acquisition de 20 ambulances additionnelles en court d’achat”.

Concernant la réhabilitation des blocs ”Soins pour le nouveau-né en urgence (SONU)”, il a affirmé que ”l’axe Kolda, Sédhiou et Ziguinchor a été réceptionné”.

153 687 enfants ont bénéficié d’une prise en charge précoce de la malnutrition

Pour le volet renforcement de capacités, le projet a appuyé la formation de plus de 2300 agents, a renseigné son coordonnateur.

Selon lui, ‘’153 987 enfants âgés de 6 à 59 mois ont bénéficié d’une surveillance nutritionnelle et d’une prise en charge précoce de la malnutrition’’.

Docteur a souligné que ‘’les interventions du projet ont contribué à améliorer la réduction du taux de retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans et à réduire la moyenne nationale’’.

‘’Le projet va arriver à terme le 30 octobre 2024. Dans l’accord de financement, l’Etat du Sénégal s’est engagé à continuer à prendre en charge le personnel et à les maintenir dans le système de santé’’, a rassuré le docteur Sarr.

Il a demandé ”l’autorisation de prolonger le projet pour six mois” afin de l’exécuter intégralement.

Revenant sur les défis, il a cité ‘’la réalisation des engagements des personnels, des marchés publics, des conventions ANACMU, de l’autonomisation des adolescentes et des femmes, de la convention CEA SAMEF, la mise en œuvre du PTBA 2024 prenant en compte toutes les priorités qui avaient été identifiées lors de la dernière mission d’appui de la banque mondiale”.

NSS/SKS/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Dépêches

Voir aussi...

SENEGAL-MONDE-DEVELOPPEMENT / Réunions de Printemps : Dakar réarffime sa volonté de “compter d’abord sur ses propres moyens”

Dakar, 21 avr (APS) – Le Sénégal a mis à profit les réunions de Printemps 2024 du FM…