Goudiry, 13 mai (APS) – Dans certaines collectivités territoriales et dans certaines régions le taux d’enregistrement des naissances, mariages  et décès est encore faible, a révélé le coordonnateur du programme ‘’Nékkal’’, Ibrahima Etia, à Kothiary (Goudiry) dans le cadre d’une caravane de sensibilisation pour la déclaration des faits d’états civils.

Le programme ‘’Nékkal’’ est financé par l’Union Européenne à hauteur de 18 milliards de francs pour une durée de 42 mois, et est lancé le 7 mai 2021. Son objectif est d’améliorer le système d’enregistrement des faits d’Etat civil et production régulière des statistiques vitales, avec la numérisation des registres d’état civil.

‘’Cette caravane c’est pour sensibiliser les populations afin qu’elles puissent faire la déclaration systématique des naissances, des mariages et des décès’’, a dit M. Etia.

Il a rappelé que le programme Nékkal est un nouveau programme du gouvernement du Sénégal, qui travaille à la modernisation de l’état civil du Sénégal, ‘’nous sommes en train de construire de nouveaux centres d’états civils, d’en réhabiliter  ceux qui sont en états de délabrement’’, a-t-il indiqué.

‘’Le programme a lancé il y a quelques jours un vaste programme de formation des différents acteurs, les officiers, les agents les archivistes de l’état civil’’, a dit Ibrahima Etia, ajoutant : ”Prochainement, nous allons lancer la formation des lancer la formation des auxiliaires, les chefs de villages et chefs de quartiers, tous les 15000 chefs de villages et chefs de quartiers du Sénégal  vont être formé afin qu’ils puissent maitriser leurs rôles dans l’enregistrement des faits d’état civil’’.

Selon lui, ces derniers ont des difficultés à utiliser les cahiers de village mis à leur disposition pour l’enregistrement des naissances, décès ou mariages qui sont arrivés dans leurs différentes localités, cela n’a pas empêché la mise à la dispositions des communes des motos à l’instar de la commune de Kothiary pour faire le tour des villages à la fin de chaque mois pour récupérer les cahiers de village. ‘’Mais ça ne suffit pas poursuit-il, il faut qu’on renforce les capacités de ces auxiliaires de villages et de quartiers’’.

Le chargé de communication a souligné qu’un autre chantier est engagé il y a quelques mois, la digitalisation de l’état civil, la première étape a été la numérisation des registres d’états civils, ‘’sur un objectif de 15 millions d’actes, plus 6 millions d’actes d’états civils ont déjà été numérisés, la deuxième étape, ce sera l’indexation des données et la troisième étape l’interconnexion des. Tout en sachant que tous les centres d’états civils seront dotés de matériels informatique’’, a-t-il lancé.

Il a conclu que ‘’l’idée c’est de pouvoir permettre à tous sénégalais, quel que soit son lieu de travail ou de résidence de pouvoir obtenir un acte d’état civil sans avoir à se déplacer’’.

BT/ADC

Dans la même rubrique
Charger plus dans REGIONS

Voir aussi...

SENEGAL-HIVERNAGE / Touba : Cheikh Tidiane Dièye au chevet des habitants touchés par les inondations

Touba, le 20 juil(APS) – Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Cheikh…