Mbour, 29 avr (APS) – Le titre de Jaraaf dans la communauté léboue est un privilège rare qu’Aliou Ndoye a hérité, avec toute la charge symbolique et le prestige qui va avec, chez ces gens de la mer qui habitent surtout les principales zones de pêche du Sénégal.

Né le 9 septembre 1939, à Mbour, Aliou Ndoye a été intronisé Jaraaf le 21 février 2020, devenant ainsi la 23-ème personne de sa lignée à assumer cette fonction, presque sacerdotale, dans l’organisation sociale léboue.

Réputé pour ses qualités humaines et sa spiritualité, le Jaraaf joue un rôle majeur dans la régulation sociale au sein de sa communauté.

De son domicile au quartier Tefess de Mbour non loin de la plage, Aliou Ndoye administre – du moins socialement – la collectivité léboue de la Petite-Côte.

‘’J’ai été nommé Jaraaf de Mbour, le 21 février 2020 par des dignitaires de la communauté du Cap-Vert, venus avec une forte délégation’’, raconte-t-il à l’APS.

‘’A leur arrivée, ils m’ont dit : ‘ce sont les Ndoye qui sont Jaraaf de Mbour, et nous estimons que c’est toi qui est le plus indiqué [pour occuper ce poste]. Nous sommes venus te le proposer”, ajoute le dignitaire.

Pêcheur de profession, l’ancien capitaine de pirogue et fils d’un ancien combattant de la Grande guerre, Badou comme l’appellent affectueusement ses proches, a fait du chemin avant de finir Jaraaf de Mbour.

Comme il est de tradition chez les Lébous, Aliou Ndoye est allé en mer très jeune. ‘’J’ai appris la pêche dès le bas âge et je l’ai pratiquée pendant plusieurs années avant de devenir capitaine de pirogue’’, se souvient-il.

“C’est lorsque j’avais passé 284 jours sur terre, que mon père fut arrêté avec le président Léopold Sédar Senghor en Allemagne comme prisonnier, lors de la guerre en Allemagne’’, raconte le notable.

Papa Dame Gningue, le “Ndey ji reew Mbour’’ (porte-parole) de la communauté Lébou de Mbour, décrit le Jaraaf Aliou Ndoye comme une “personne dégourdie, et respectueuse, qui a toujours été au service sa communauté”.

A 85 ans, en plus de la légitimité et de la vénération dont il jouit du fait de son âge, les valeurs socio-culturelles, coutumières et religieuses qu’il incarne, lui confèrent un rôle majeur dans la cohésion de son groupe social.

‘’Jaraaf joue un rôle de régulateur, de protecteur et d’assistant social, qui ne néglige aucun détail dans les préoccupations de sa communauté’’, relève le porte-parole des Lébous de Mbour.

Il intervient, en première instance, dans le règlement des conflits. “Si quelqu’un est malade et n’a pas de quoi se soigner, on le sollicite, [entre autres tâches]. Bref, c’est pour dire que Jaraaf veille sur la communauté léboue’’, note-t-il.

Il est assisté, dans ses fonctions, par un bureau composé du “Ndey ji reew” (porte-parole), du Lamane (le chargé des questions foncières et hydrauliques) et du Saltigué, qui gère les aspects mystiques.

DOB/ADI/ASB/ASG/OID

Dans la même rubrique
Charger plus dans Culture

Voir aussi...

SENEGAL-MINES / Contenu local : 40 femmes du Bosséa formées à la teinture et à la saponification

Thilogne, 17 mai (APS) – Le Forum civil a formé une quarantaine de femmes issues des…